Marianne-Madelon

16 octobre 2018

HORREUR !!!

   Fascisation effective du pouvoir macaronien.

 Coup de force contre la France Insoumise. Perquisitions. Violences faites aux représentants du peuple.

 Honte à ce « merdeux » de Macaron, qui bafoue les lois de la république.

Mais dans quel monde sommes nous? XXI ème siècle,vraiment? Le comportement de l’Homme n’aura pas évolué d’un iota depuis la Préhistoire. Il a fait des pas de géants en science et en technologie mais rien dans son comportement.

 Ainsi malheureusement voyons nous en Hongrie, en Pologne, en Ukraine,et maintenant en Italie ces états se fasciser. La France partirait - elle sur la même mauvaise pente? Nous avons un gouvernement qui est fait d’une bande de voyous arrivistes n’ayant que faire des gens qui travaillent: « Il n’y a qu’à traverser la rue »!! En effet, eux et leurs proches qui ont les ventres et les poches pleins sont à des années lumières de ceux qui les ont mis au pouvoir.

 Cependant cet acte dictatorial sera comme une tâche  noire à jamais sur le mandat de Macaron. Espérons qu’il n’y en est pas d’autres!...

 

Posté par Marianne-Madelon à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2018

9 Octobre

  Poudre blanche sur le sommet du Canigou. L’Automne est bien là. Les jours plus courts, je m’enferme plus tôt dans la maison. Et là, il faut chercher des dérivatifs en plus des gestes quotidiens.

 Je finis d'aménager le patio en salle à manger d’hiver.

 Je vais sur YouTube et je me connecte sur Le Média, RT France et autres sites d’information. Ça change des informations télé des heures habituelles. Je lis, je farfouille dans nos papiers d’avant, je retrouve des écrits, je feuillette des albums photos, bref tout du passé. Ça m’avance à quoi? Me raccrocher à quelque chose de fini? Comment faisait ma mère quand elle s’est retrouvée seule? Cette question, égoïstement je ne me l'étais jamais posée quand elle vivait. Elle avait tellement l’air d’assumer....

 Cet après-midi je suis allée marcher avec Angèle. Nous avons évoqué nos enfances respectives, et constaté combien il y avait un fossé entre mon éducation et le sienne. Elle a été élevée dans un petit village de montagne de l’autre côté des Pyrénées Catalanes, où la pesanteur religieuse était omniprésente, et je lui faisais remarquer que moi pas du tout. Élevée dans une ville et dans un milieu athée connaissant la dialectique marxiste , j’avais l’impressionqu’elle me faisait le tableau de la France du temps de mes grands-mères alors qu’elle me parlait de son vécu au temps de Franco. Moi, je suis allée au lycée, elle non. Elle me disait que sans vraiment croire, elle craignait l’au- delà et pensait que les morts pouvaient avoir des relations avec les vivants. Nous avons constaté toutes les deux nos grandes différences d'éducation et l’influence qu’elles ont eu sur nos comportements. Mais cela n’empêche pas Angèle d’avoir une grande réflexion, une psychologie des êtres très poussée et une grande sagesse. Malgré qu’elle ne lise pas, elle a une opinion sur le monde proche qui nous entoure très pertinente. En fait, elle n’a pas d'éducation mais elle est très intelligente. Je l’aime beaucoup.

 Le soir arrive, la pluie aussi. C’est triste, mais cette pluie, il la faut. Demain matin peut- être la couche de neige sur notre montagne sacrée sera plus épaisse.....  

Posté par Marianne-Madelon à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2018

Lundi 1 er Octobre

À mon époque on rentrait le 1 er Octobre à l’école  . Il y avait les vendanges en Septembre, où les jeunes étaient impliqués. Celà datait du XIX ème siècle où les enfants travaillaient dans les champs et dans les vignes pour aider la famille, vu que la population était surtout rurale. Maintenant ça a bien changé. Les vacances de Toussaint sont aussi plus longues. 

L’Automne arrive. Les hirondelles sont parties de notre ciel. Elles vont laisser place aux mésanges, pinsons et étourneaux.

 Le cycle de la vie.

Notre grand, Paul- Élias, est à Marseille. Il a l’air de s'être bien adapté. Et tout ça tu ne pourras pas le savoir. Pourtant tu aurais été si heureux!  Je prends vraiment conscience maintenant que je vais être définitivement seule, sans toi. J’inonde de pleurs ma journée, je fais bonne figure devant les autres, j’apprends à faire des choses qui auparavant étaient faites par toi, je survis et je me demande chaque jour: pourquoi. La fraîcheur arrive. Il faut que je fasse venir le plombier pour vérifier la chaudière. Le mini- déménagement de la mer vers le Conflent doit avoir lieu dans la semaine et ça aussi il faut que je le gère. Remarque, tous les déménagements que nous avons fait dans notre vie, c’est moi qui m’en occupais, tu étais trop pris par tes activités, mais s’il y avait un problème, tu étais là.

 Bon, ça suffit. Je ne changerai rien. Je vais regarder le Média, puis les informations sur les différentes chaînes qui racontent toutes la même chanson, et peut être la télé d'après 21 h, si un film sort du lot de ces minables programmes. Sinon je lirais. 

 

Posté par Marianne-Madelon à 19:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2018

Toi, toi, toi.....

   Je t’ai rêvé cette nuit. Tu es revenu de l’au delà . Nous étions dans un hall, un hall de musée? Il y avait de la famille?

 Tu étais fatigué mais content, la barbe te repoussait. Tu étais peu loquace , étonné d'être là. Tu reprenais des forces après ta maladie. On y allait doucement. J'étais attentive à tes gestes, lents. Des gens passaient .

 Et je me suis réveillée. Et étrange sensation de bonheur.. Je venais de passer, véritablement, un moment avec toi. Pas de pleurs. La paix! 

Les pleurs c’est après. Quand on subit la solitude. Et ce manque!

 Mais , je pense à Jeanne d’Arc, c’est peut être par ce procédé qu’elle a entendu des voix...

Posté par Marianne-Madelon à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2018

L’Histoire, l’histoire toujours.

  Macron vient de reconnaître la responsabilité de l’état français dans la mort de Maurice Audin, jeune mathématicien communiste de 25 ans, torturé et tué à Alger par les paras français en 1957. La torture étant systématique en Algérie pendant la guerre d’ indépendance.

    Télérama du 22 au 28 / 9/ 2018 vient de découvrir qu’une historienne Raphaëlle Boucher avait écrit un ouvrage « La Torture et l’Armée pendant la guerre d’Algérie. ( 1954-1962) . Elle a 46 ans. Elle a fait un travail de recherche remarquable.    Cependant nos médias, nos gouvernements ont toujours occulté le livre d’Henri Alleg « La Question » qui dénonçait lui, dès  1958 la torture en Algérie pendant cette période. Henri Alleg avait subi dans sa propre chair les atrocités faites par l’armée  française , et il rappelle entre autre : « Il était 16 heures lorsque le lieutenant de parachutiste Charbonnier, accompagné d’un de ses hommes et d’un gendarme, arriva chez Audin pour me prendre en charge. La veille de ce mercredi 12 Juin mon ami Maurice Audin, assistant à la faculté des Sciences d’Alger, avait été arrêté à son domicile et la police y avait laissé un inspecteur. »

    Audin n’est jamais revenu. Alleg s’en est sorti, mais après combien de souffrances et de torture! 

   Un livre recueil «  Mémoire algérienne » retrace tout un pan d’histoire de la France et de l’Algérie. Pourquoi ne parle-t- on  de ces faits que maintenant? Simplement parce que les récipiendaires sont morts et qu’ils avaient des pouvoirs entre autre de faire taire les horreurs qu’ils avaient commanditées.

  Alors bien sûr, mieux vaut tard que jamais. Mais quand même, certains avant Macron, avant Raphaëlle Boucher savaient ; ils avaient de leur faible voix tenté de faire découvrir cette réalité. Je la connaissais. Et il aura fallu 60 ans pour qu’on reconnaisse la responsabilité de l’État sur ce triste passage de notre histoire.

 On peut dire : Enfin! 

Posté par Marianne-Madelon à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2018

Boulogne B. Et Vladimir Maïakovski

  Paris et sa couronne le matin. Les parents pressés amènent leurs enfants à l’ecole. Tel ce père portant sur ses épaules sa petit fille, les mamans tenant par la main soit la fille soit le garçon, mais toujours au pas de course, et les grands- mères, ayant le temps, portant les cartables trop lourds pour ces enfants. On zigzague à travers les passants sur les trottoirs, on fait attention aux trottinettes et planches à roulettes, on court vers le métro. Chacun à ses activités.

 Qu’on est loin de mon petit village, et de son calme ; j’ai oublié tout ça ; pourtant je l’ai connu cette fébrilité des débuts de matinée pour être à l’heure. Surtout pas de retard! Ainsi va la vie. Une boucle se ferme. On va fêter les 9 ans de Juliette. Et Toi, tu n’y seras pas....

                   ______________________________________

   Je lis des poèmes de Maïakovski, et je ne peux m’empecher de relever certains vers qui me parlent. 

   DE ÇA   ( titre d’un poème ) 

......... « Octobre a tonné

                    Il a puni,

                         ultime châtiment.

        Vous, sous son aile, son plumage de feu, 

             Vous vous êtes arrangés

                                  Vous avez déballé vos porcelaines.

       On ne démêle pas les poils d’une araignée avec un pieu. »

——————————-

.............« Le petit melon de la lune est sorti bien mûr du nuage.

                   Il esquisse un mur avec son ombre.

        Parc Petrovski. »

—————————-

........« Mais que faire

                   Si moi,

                              de toutes mes forces,

           Dans la pleine mesure de mon cœur,

                 Dans cette vie,

                        Dans ce monde,

                                 J’ai cru, je crois. »

( il fait référence  à la Révolution russe)., 

                  Autre poème intitulé : Vladimir Ilitch Lénine ou Lettre ouverte à Vladimir Ilitch Oulianov Lénine.

         .........« Il a poussé

                         La dictature ouvrière- humaine, 

                 à la place de la tour prison du capital. » ....

       .............« la ville pillait, 

                                    défaisait, ratissait, engraissait

                                                     la classe des ventres   ( la c l a s s e )

                      mais près des machines, 

                amaigrie, voûtée, se dressait

                                                    la classe ouvrière. ».......( la  c l a s s e , l’I Pad ne veut pas imprimer c l a s s e en un seul mot .?,) 

________________________________________

   Actuellement me taraude le mot Terreur, et son utilisation.

 Si je refais un peu d’histoire , et que je me penche sur l’Europe orientale, je constate : 

 En Russie aussi , Terreur. En 1905, atrocités, répression, fusillades : 9 janvier 1905, le « dimanche rouge » , le pope Gapone déclenche une vaste manifestation contre le tzar, violemment réprimée. Au printemps défaite russe contre le Japon à Moukden, et désastre naval à Tsoushima. Milliers de soldats morts. Dans un quartier populaire de Moscou, à Presnia au même moment ont lieu des barricades et des combats de rue lors de la tentative révolutionnaire. Et le 17 Octobre le tzar fait connaître un manifeste dans lequel il promet certaines libertés , cependant qu’il organisait la répression. En décembre l’amiral Doubassov écrase la révolte des travailleurs dans le sang.

 Et Maïakovski écrit: 

   « Nous ne croyons plus aux bavardages

            hors du sujet! Ils ont pris les armes eux mêmes, 

                     ceux de Presnia »......

    ......... « crachons au visage

                             de cette boue blanche, 

             Qui zézaye  au sujet des atrocités de la Tchéka! 

                     Regardez comment alors 

            On frappait à mort les travailleurs

                      en plein visage, coudes attachés. »

     Le mot Terreur n’est pas employé mais l’idée y est. Le peuple se rebelle, tue, ça s’appelle la terreur ou Tchéka. Le pouvoir ( tzar, roi, république bourgeoise) tue, massacre, ça s’appelle la raison contre les rebelles.

       Alors il continue

    ....... « Au moins pour nos arriere- petits- fils

                            Que le sang

              n’ait pas coulé pour rien ».....

.........« Le Parti,

                  La main aux millions de doigt, ramassée en

          Un seul point

                                 écrasant.... » .... 

________________________

     Et toujours la Terreur, la Terreur Blanche.

    .........« Les Voïvodes polonais

                                 Imprimaient au fer rouge sur nos dos

            des étoiles à cinq branches.

                          Vifs, 

           la tête dans la terre, 

                     Les bandes de Mamontov nous enterraient.

                          Vifs, 

          dans les foyers des locomotives, 

                     les Japonais nous brûlaient, 

                         nous versaient dans la bouche

                                  du plomb et de l’etain

          et ils hurlaient — abjurez vous!

                       mais des gorges en feu

       seulement trois mots: 

                                         — Vive le communisme! »   

                    _____________________________________________________

       Il était temps quand même que je découvre de façon plus approfondie ce grand poète, aussi bien par la taille ( ça a du lui poser problème car Il s’appelle plusieurs fois « ours » ) que dans son œuvre.

Posté par Marianne-Madelon à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2018

L’Europe - La France

  Les institutions fondamentales de la V ème République sont bafouées par Macaron.

 La France Insoumise s’en émeut. Il y a de quoi.

 Le gouvernement et la présidence de la République s’en prennent au Sénat à propos de l’affaire Benalla ; ils provoquent le président du Sénat. C’est tout simplement vouloir influer sur les institutions. C’est vouloir mettre sous cloche les sénateurs afin que le pouvoir et les députés REM puissent prendre les initiatives qui leur conviennent.

 Mais, je ne vois pas comment la FI pourra faire barrage, comme elle le prétend, contre Macaron, en ayant un maximum de voix aux européennes. Le vote aux européennes concerne la politique européenne , faite de 28 membres. Cette politique européenne ne va à aucun moment mettre en cause le Président français, d’autant qu’il est un fidèle serviteur des intérêts de la Commission Européenne qui elle, gouverne l’Europe.

 Le Parlement est à Strasbourg.

 La Commission Européenne est à Bruxelles.

Pas anodin les deux lieux différents!

Donc, ce ne peut être «  un référendum anti-Macron » comme le prétend la FI. Je pense que la FI se trompe quand elle prétend qu’avoir de nombreux députés FI à Strasbourg changera quelque chose dans la politique intérieure de la France, menée par Macaron.

 J’en ai vu tellement, que je ne tomberai pas dans ce piège! J’ai perdu ma naïveté, il y a bien longtemps!  

Posté par Marianne-Madelon à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2018

Acte d’ Insoumission

   Sur ordre de Bruxelles, Macaron veut privatiser les barrages hydroliques.

 Je ne voterai pas aux élections européennes. Je ne participerai pas à ce carnaval. Je ne donnerai pas ma voix à la Commission Européenne, car le Parlement européen n’est qu ´une poupée de chiffon pour les vrais tenants du pouvoir européen. Je ne participerai pas à cette fausse représentation.

 Non seulement EDF n’est plus géré à 100% par l’État, il ne l’est qu’à 85% ,mais maintenant le pouvoir s’attaque aux barrages, comme on a privatisé les autoroutes, le Gaz, la Poste....et comme on veut privatiser les aéroports.

 Que va-t- il rester du patrimoine français?

 Ne se rend-on pas compte qu’à ce rythme là, les français vont devenir les esclaves de groupes financiers privés?

 Non, je ne suivrai pas La France Insoumise dans ce jeu de participation « progressiste »qui n’est, encore une fois  qu’un parfait enfumage, qu’un leurre pour les moutons- citoyens que nous sommes.

 Pour moi, faire preuve d’insoumission, c’est refuser l’Europe; pour moi s’ouvrir sur les Autres, sur le monde, c’est ce qui s’appelle L’Internationalisme.( et non le mondialisme) .

 Je sens que je serai jusqu’à la fin de ma vie une rebelle, une rebelle contre le monde capitaliste. Mais une internationaliste pour l’amour que je porte à mon prochain. 

Posté par Marianne-Madelon à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2018

Que met -on comme sens sur le mot terreur ?

 J’ai déjà écrit sur la terreur. En histoire le mot est terriblement connoté . Il correspond à une partie de la période révolutionnaire. Sa signification au fil du temps prend de l’importance. Son sens devient : une période de l’histoire où on a connu les pires abominations. Oui, les Thermidoriens se sont approprié le mot , et les hommes au cours de l’histoire en ont gonflé le sens . Comme si tout au long de l’histoire de l’humanité il n’y avait pas eu de la terreur.

Alors pourquoi ne parle -t-on  pas de «  nouvelle terreur » la période révolutionnaire de 1848? Mais simplement parce que ce n’est pas le peuple qui était aux commandes. 

Et pourtant le sang a aussi beaucoup coulé.

  « La Révolution de 1848 .

 Le peuple se rebelle contre la Monarchie de Juillet.

 Février 1848: Manifestations: - - 52 morts sur le pavé . Louis-Philippe abdique.  Gouvernement provisoire, compromis entre la classe bourgeoise et le monde ouvrier. Lamartine y joue un rôle important: « ce n’est pas la rue qui fait la loi ».

 Mars: abolition de l’esclavage, mais suffrage universel masculin uniquement. Suffrage faussé, car beaucoup ne savent pas lire, on distribue les votes devant les églises donc devant le curé ou le noble, la classe populaire n’a pas l’argent pour faire imprimer ses bulletins de vote.

 Mai : les chefs socialistes , Raspail, Blanqui, Albert, Barbès sont arrêtés.

 Juin :  le 21 les Ateliers Nationaux sont fermés. D’où : ouvriers au chômage, obligation pour les jeunes ouvriers de 18 à 25 ans de s’enroler dans l’armée, les autres doivent partir travailler dans les départements. 

 23 juin : Barricades

24 Juin : le gouvernement est renversé . Tous les pouvoirs sont aux mains du général Cavaignac.

25 Juin: c’est la curée. Les barricades succombent, les insurgés sont mitraillés, on assiste à d’epouvantables scènes de tueries. Tocqueville :  « ce n’est pas une émeute, c’est le plus terrible de toutes les guerres civiles, la guerre de classe à classe... »

 Devant le Panthéon un grand nombre de prisonniers furent massacrés après avoir déposés leurs armes. À la prison St Lazare plus de cent personnes furent fusillées dans la cour transformée en abattoir , dans la caserne de Tournon les décharges se succedaient sur les prisonniers. Cavaignac promettait la vie sauve aux insurgés qui se rendaient  puis les faisait exécuter et balancer leurs corps dans la Seine.  200 à300 prisonniers périrent dans les caves de l’Hotel de Ville. »

 Bref, une véritable boucherie. Mais cet espace temps n’est pas appelé «  la Terreur » dans l’Histoire.

«  Un certain Pierre Marie, ministre du travail a même le culot d’écrire à  l’époque:« c’est la barbarie qui a osé lever la tête contre la civilisation. » Et lui et son gouvernement n’ont ils pas fait régner la terreur pendant cette période? Non, ce mot est uniquement réservé à la période révolutionnaire de 1793-1794.

 On compte entre 4000 et 5000 insurgés morts durant 5 jours! Plus de 1600 exécutés sans jugement. Les jours suivants ça continue: 25.000 arrestations, 10.000 condamnations à la prison ou à la déportation. Et ce pour Paris seulement! 

Alors , vive le République bourgeoise de 1848!! 

Ces moments furent « les saturnales de la Réaction » dixit Félicité de Lamennais , ancien prêtre , député en 1848.

 François Arago, notre grand homme du département, Président du Comité Exécutif s’est pris en pleine figure cette terrible phrase :  « Ah! Monsieur Arago! Vous n’avez jamais eu faim! »

 

Ce résumé est extrait du travail de l’historienne  Gilda Landini- Guibert. 

N'empêche, le sens des mots....

Posté par Marianne-Madelon à 16:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2018

Anniversaire

Aujuord’hui on aurait fêté ton anniversaire. 73 ans...j’irai sur ta tombe t’envoyer ma pensée...

 Je ne veux plus me plaindre....

Mais tu vois je continue à lire, un peu de tout, du roman, de l’histoire, de l'archéologie, je ne peux  le partager avec toi, alors ce sera sur le blog.

L’Histoire, toujours l’histoire :

Origine du drapeau tricolore et du drapeau rouge. On savait ou on ne savait pas...

 Le drapeau tricolore est né en 1789.

Le blanc représente le royaume de France, inséré entre le rouge et le bleu de la ville de Paris.

Le 17 juillet La Fayette fait adopter la cocarde tricolore par la Garde Nationale.

 Le drapeau rouge est né en 1791, à la suite de la loi Chapelier qui demandait à la Garde Nationale de le déployer en cas de proclamation de la loi martiale afin de prévenir les attroupements « de séditieux ». Ce fut le 17 juillet 1791 que le drapeau fut brandit, quand la Garde Nationale ouvrit le feu sur la manifestation populaire au Champs de Mars. Et en retour, le 10 Août 1792, en marchant vers les Tuileries pour renverser le roi, les sans- culottes vont s’en emparer. Ils vont inscrire:   « la loi martiale du peuple souverain contre la rébellion du pouvoir exécutif . »

  C’est ainsi que le drapeau rouge va devenir le symbole du peuple insurgé  et deviendra l'emblème du symbole révolutionnaire.

Paul Brouse en 1877 écrira le Chant du Drapeau rouge.... « Il apparut dans le désordre

Parmi les cadavres épars .

Contre nous, le parti de l’Ordre

Le brandissait au Champ de Mars

Puis planté sur les barricades

Par le peuple de Février 

Il devint pour les camarades

Le drapeau du peuple ouvrier. »

Lamartine sur les marches  de l’Hotel de Ville lui reproche d’être « un symbole de sang » et  Blanqui lui répond le lendemain

 « Il n’est rouge que du sang des martyrs qui l’a fait l'étendard de la République, rouge du sang de l’ouvrier. »

  Je crois que c’est bon de  rappeler un peu d’histoire.!!

 

Posté par Marianne-Madelon à 16:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]