Marianne-Madelon

07 février 2019

L’Éveil du Printemps

 J’ouvre les volets ( 8h) et j’entends avec bonheur le gazouillis des oiseaux. Les amandiers blancs et les mimosas jaunes embellissent les environs. La fête de l’Ours dans le Vallespir bat son plein. Il sort de sa tanière, c’est le retour à la vie. Le cycle des saisons se déroule, indifférent à ces fourmis à cerveaux qui se disputent sur la planète - bleue. Pauvres fourmis ! Si ridicules sur la Flèche du Temps! Et mon camélia tout en fleur....

Posté par Marianne-Madelon à 11:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2019

À quoi bon....

Je suis montée au bureau pour chercher des papiers, et j’ai fouiné dans des photos très anciennes où j’ai revu tous mes disparus...et se retrouver seule dans la maison vide, que c’est dur. 

Hier j’ai encore rêvé de toi.

 Nous savions que tu avais le cancer et que la guérison était très incertaine. Alors tu es parti en Afrique, accompagner des adolescents et tu pensais , sans que l’on se soit rien dit, y mourir. Mais voilà . Je dormais et tout à coup je sens quelqu’un à mes côtés. Je bouge , tu me touches, je me réveille, embrumée, étonnée. Et je te vois avec ta chemise bleue à carreau, ton pantalon gris, allongé à côté de moi, souriant. Tu es rentré? 

Et je me réveille, seule...

Posté par Marianne-Madelon à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2019

Il y a tant à dire!!

    En vrac     

          Hier, Fafou et moi sommes allées au Méga- Castillet, voir «  la mule », auparavant nous avons mangé japonais. Je me méfiais un peu du film, mais nous sommes ressorties toutes les deux satisfaites, et heureuses de ces bons moments. Fafou ne savait pas la signification de la mule, elle est trop pure! Mais le film en fait est un hymne à la famille, ce qu’on s’aperçoit quand on est vieux, et Clint Eastwood a 89 ans!  et toute sa tête et réflexion, et ce que nous pensons toutes les deux, mais aussi à la droiture et à la morale dans la vie pour pouvoir se regarder face à une glace.

 

   Les choses qui fâchent !!!

La ministre du Travail, M Pénicaud a perçu en tant que DRH chez Danone

 1 million 212.721€    En 2012

 1 million144.924€     En 2013

 2 million 388.877€     2014 

plus d’un million € en vendant des stock- options à la suite d’un plan social ( doux euphémisme ) en 2013 en mettant 900 employés sur le carreau.  Mais ceux sont les Grévistes et les GJ qui impactent l’économie !!

 Riez à gorge déployée! Dans tous les cas , mentez, mentez , il en restera toujours quelque chose.....

               Et encore 

 Très bon reportage par mail « Le mille- feuille français »

qui décortique en chiffres la façon dont est administrée la France avec 

     L’État , et ses 27 Regions

     101 Departements

     342  Arrondissements.    4052  Cantons.    17.000  Intercommunalites.  Et  36.700  Communes.

 Alors le reportage continue à donner des chiffres sur le nombre d’élus dans les diverses strates de la composition de l’état, et combien ils touchent pour leurs fonctions, ainsi que les députés européens.

    36. 646  maires.    1 maire touche  entre 646 à 5.512€ par mois bien sûr .

    100.000  adjoints  entre 250 à 2.756€ 

    16.750  présidents de communautés de 484 à 4.134€

    100.000 vice- présidents de  188 à  2.066€ 

    4.052  Conseillers Généraux : le président  = 5.512€, les conseillers = 2. 000€ environ

    1.880  Conseillers Régionaux : le président  = 5.512€, les conseillers =2.000€ environ.

    348    Sénateurs = 13.512€ 

    577  Députés =  13.512€

   233 au Conseil Économique et social = 3.786€ 

   Plus 74 députés européens.  À  méditer.

 

   Autre sujet de réflexion,  , vient de sortir sur le Net , le discours de Philippe Seguin à l’Assemblee Nationale en 1992, sur l’Europe où il démontre « l’ enterrement » de notre souveraineté et de notre indépendance nationale.

 C’est bien mon avis.

 Les élections européennes ressemblent comme un double à la derniere élection présidentielle : Macron, Le Pen. L’Europe d’extrême  droite contre l’Europe libérale. Alors le vote, il faut choisir entre les deux  ? On se trouve dans la situation «  bonnet blanc ou blanc bonnet » ( référence à J. Duclos) soit la Peste ou le Choléra. Il n’y a pas d’alternative? Si, sortir de l’Europe.

 Je m’abstiendrai à cette election- fiction comme j’ai voté  blanc à l’election Macron- Le Pen. Et comme j’ai bien fait! 

Quelle supercherie de nous faire croire en un avenir avec l’Europe , alors que c’est uniquement une machine mise en œuvre par le capital pour les oligarques et les multinationales, au dépend des peuples et de leurs souverainetés. Quand les gens arriveront- ils à comprendre que la finance, la bourse, les entreprises du CAC 40 et Cie n’ont pas de frontières et qu’elles voguent sur la Planète au gré des flots qui leur rapportent le plus . Quand les gens comprendront qu’on peut établir des traités de libre échange avec n’importe quel pays sans être tenu dans le carcan de l’Europe, que la coopération avec nos voisins peut exister sans passer par les diktats de Bruxelles, et que le Produire Français va redonner du travail à ceux qui l’ont perdu! 

Non, je ne voterai pas pour Bruxelles- Strasbourg!!!

 

 

Posté par Marianne-Madelon à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2019

L’écrivain Édouard Louis «  Qui a tué mon père » écrit :« Il faut vraiment n’avoir jamais connu la misère pour penser qu’un tag sur un monument historique est plus grave que l’impossibilité de se soigner, de vivre, de se nourrir ou de nourrir sa famille. »   À méditer. Mais difficile pour les gavés.

Posté par Marianne-Madelon à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Camélia

   Ton camélia a ouvert un premier bouton. Annonce du Printemps. Tu me l’avais offert il y a 2 ans pour la St Valentin ! 2 ans déjà ! C’est ton cœur que j’aie dans cette fleur. Et toi, tous les jours tu es à mes côtés.....

     Paul- Élias, tu m’as fait un beau cadeau. Une des maquettes que tu construis à la demande de tes professeurs de l’école d’ architecture : c’est un chapiteau de cirque. J’admire ta patience, ta précision, ton imagination, et je ne peux m’empêcher de  me dire: « quel dommage que ton grand- père ne puisse le voir, il aurait été si heureux et si fier! » Il aimait lui aussi monter des maquettes, mais des maquettes préfabriquées, pas comme toi qui les conçois et qui les monte. Malheureusement c’est ainsi, et la vie suit son cours....

 

 La sauce prendra -t- elle , le 5 Février ?  Grève Générale.

 

 Les avocats ont manifesté . Chose rare.  Ils s’insurgent contre «  une justice qui ne prendra plus en compte l’humain. (Si vous vous trouvez devant un clavier d’ordinateur, au lieu d’un avocat ) , une justice qui ne prévoira plus les remplacements pour maladie, qui ne formera plus son personnel. La présidente du syndicat des avocats assure : «  l’informatique ne résoudra rien. Plutôt qu’une justice numérique, on a besoin d’une justice humaniste qui reçoit les gens. »

 Dans l’Éducation Nationale , les lycéens à genoux mains sur le tète , comme des bagnards, ne veulent pas d’une Éducation au rabais, ne veulent pas de Parcoursup,les étudiants protestent contre les augmentations d’inscription pour les étrangers. Ils ont un slogan: « Des facs fermées aux intérêts privés, ouvertes aux étrangers. » Car le gouvernement prévoit de faire passer les frais d’inscription en fac de 

   170€ pour la licence à 2770€.

   243€ pour un Master et un Doctorat à  3770€.

   Objectif : attirer les étudiants indiens, russes, chinois , au détriment des pays du Maghreb et de la France-Afrique. Ce n’est pas du racisme, c’est un pur acte capitaliste.

 Les professeurs étaient en grève hier ,  Ils protestaient contre les réductions de postes, contre Parcoursup,pour une hausse de leurs salaires.  

   On a vu le personnel de santé qui n’a cessé de mettre en garde le manque de personnel et qui demande une hausse des effectifs, une hausse de leurs salaires , on a vu des médecins s’inquiéter face à un manque croissant de confrères pour assumer la relève, les pharmaciens face à un manque de médicaments ( les laboratoires expatriés à l’étranger visent la rentabilité et non la production suffisante de médicaments pour la planète) , les cheminots qui se battent depuis des années pour le maintien de la SNCF en tant que bien National, et tous les autres, ceux des petites entreprises, de la distribution, qu’on ne voit pas mais qui font grève aussi pour leur pouvoir d’achat , pour le maintien de leur outil de travail contre les délocalisations...

Et les retraités qui manifestent pour la hausse de leurs pensions contre les cisailles de Macaron.

Et enfin les éparpillés , les gilets jaunes qui en ont assez d’ être écrasés. 

Est ce que toute cette colère dispersée va pouvoir enfin s’agglomerer pour faire de cette journée du 5 Février une belle   Grève Générale ? À suivre....

Posté par Marianne-Madelon à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2019

Il fait trop doux en certains endroits

  Des petites marguerites sortent de terre ainsi que les violettes, malgré la sécheresse. Un mois sans pluie....

  Hier dimanche, Fafou et Yves m’ont fait passer un dimanche fort agréable. Que c’est important et réconfortant d’avoir de vrais amis! Depuis si longtemps que c’est de la famille. Fafou c’est un peu la sœur que je n’aie pas eu, comme Christiane.

 Aujourd’hui je viens de faire une petite marche avec R. et É. Il fait très doux, ballade facile, sur chemin pratiquement plat. 

Comme tout pourrait paraître simple vu de notre Conflent! 

Malheureusement , l’actualité nous ramène à la réalité.

 Je m’informe sur le Net, et là, c’est l’horreur :  Etat des lieux :

      Janvier 2019 =  4.000 personnes arrêtées ( GJ) , des dizaines ont perdu un œil ou une main. « On » flique les citoyens qui ont versé à la cagnotte pour payer les frais d’avocat d’un gilet jaune incarcéré , mais on ne touche pas à la cagnotte pour le flic tabassé, « on » laisse Benalla vaquer à ses « occupations », « on » étouffe les frais de campagne de Jupiter, « on » rogne sur les retraites et les bas- salaires , on pénalise les chômeurs. 

Mais jusqu’où va aller la violence de l’État? Violence morale et physique.

 Je viens de voir sur YouTube, l’impardonnable : les forces de police ont renversé 5 personnes à Strasbourg avec des voitures sciemment. Les GJ crient « assassins », « ceux sont des terroristes», «  qu’est ce qu’ils vont penser de vous vos enfants » , tout ça aux forces de l’ordre.

 On est vraiment dans un état policier! Le parti de notre Macaron , ce n’est plus LREM ( la république en marche) mais LFEM ( la fascisation en marche) . Notre Macaron = Napoléon III. Mais attention à la chute! 

Juste une comparaison : le SMIC horaire = 9,88€ brut. Prix du sac Vuitton de Brigitte Macron= 3.950€. Circulez braves gens , y a rien à voir...

  Et comme nous savons,  Macaron a été soutenu financièrement  par les banques et les oligarques de chez nous, donc bien sûr il leur renvoie l’ascenseur , et exécute à la lettre les directives du capital. C’est ainsi qu’il est au garde à vous de la BCE ( la banque centrale de l’union européenne). Et comme tous les économistes honnêtes le démontrent , elle émet ses ordres aux états qui rampent devant elle. Une économiste au CNRS , Anne-Laure Delatte dit : « la BCE a gagné une influence considérable»et Clément Fontan ajoute « le bilan social est catastrophique ». Alors pas de quoi s’étonner que le peuple se révolte.

Ce n’est pas récent mais c’est toujours valable . « Les Institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos Libertés qu’une armée debout. » Thomas Jefferson.

 

Posté par Marianne-Madelon à 18:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2019

75 ans demain!!

 Ce sera la 2 ème fois que je passe mon anniversaire sans toi après 50 ans de vie commune! 

 J’ai mis deux violettes qui pointaient leur nez,dans le petit vase près de ta photo. C’est tout ce que je peux faire....dur, dur.

 J’apprends la solitude, nouvelle étape dans ma vie. Chercher à combler le vide, à zapper dès que je pense à toi, mais ce n’est pas évident. Ah! Ces fêtes! Cacher sa tristesse, ses pleurs. Faire comme si. Et la question qui se pose immédiatement : « ça va durer longtemps? »   Quand je suis toute seule, je vis ailleurs, dans le passé, je me remémore des pans de notre vie, des bons et des moins bons, c’est plus fort que moi. Alors je me crée des occupations ou je prends la voiture et parts faire un tour. Je me demandais pourquoi ma mère après la mort de mon père, errait dans son jardin ou en ville, maintenant je comprends. 

 Bon, passons. 

 J’ai fini le livre de Daniel Hébrard, «  Du feu de Dieu ». Là aussi médiocre, pour moi. Lui , comme l’auteur «  le train d’ Erlingen » s’en prend aux croyances et aux religions, mais l’écriture  est lourde. Il fait du récit là où il pourrait faire intervenir et dialoguer ses personnages. Il parle pour eux au lieu de les faire s’exprimer. Il fait des commentaires démesurés, fastidieux ; je n’ai plus la patience de ces lectures. La fin du livre se termine en queue de poisson. Dommage.

 Je lis aussi en parallèle une série que Claude m’avait offerte, faite de 4 beaux livres reliés, et que je n’avais pas trop lu, « Femmes et Société » . Je lis donc la vie de Madame de Staël , Flora Tristan, et maintenant Alexandra Kollontaï. Toutes des femmes remarquables pour leur époque .

           Mais revenons à notre temps présent. J’entends des remarques sur le RIC. Les gilets jaunes se sont emparés de ce concept , ok, mais après ? Certains se posent la question «  et après? » comment passer à l’acte? 

 Comment on éradique la pauvreté, qu’est ce qu’on fait pour les gens qui n’arrivent pas à finir le mois, qui ne mangent pas à leur faim, qui ne prennent jamais de vacances? Il faut remettre en cause le système de société dans lequel nous vivons, remettre en cause le capitalisme, et voir plus loin, tendre vers une révolution sociale et écologique.

 Il paraît évident qu’il faut un système économique différent. La prise de pouvoir par les citoyens ne sera efficace que s’ils changent de régime. Le changement de Constitution n’est pas suffisant,  si on ne change pas en même temps le système économique. Sinon ça n’aura été qu’une réforme de plus.  Il faut revendiquer à nouveau la Nationalisation des grands moyens de production. Renationaliser EDF-GDF ( se débarrasser des dénominatifs bidons) la SNCF, la Poste, les banques, la Santé ( hôpitaux, gratuité des soins) les autoroutes, l’EAU, enfin, tout ce qui constitue «  le Bien Commun » . Ainsi on permettra aux plus démunis de pouvoir vivre , et on n’oubliera pas de TAXER les grosses entreprises. 

Alors l’espoir est permis...

Posté par Marianne-Madelon à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2018

Résumé d’une semaine

    Hier, j'étais invitée  chez des amis dans Les Fenouillèdes, et après un repas délicieux, avec démarrage sur un velouté aux châtaignes-champignons à la truffe, excusez du peu! J P nous propose une petite marche dans la forêt de hêtres pour voir un arbre remarquable. Et en effet! Au fond d’un vallon, tout seul, majestueux, cet arbre patriarche (5oo ans) s’élève vers les cimes, ses branches s’étalant aux alentours , son tronc énorme, ses racines s'enfonçant dans la terre, telles des griffes s’accrochant à une proie, la Terre. Sensation d’éternité, là, seuls, dans le silence complet de la forê, étrangeté de rêver de se retrouver 5 siècles en arrière, et de s’imaginer tout ce qu’il a vu cet ancêtre!

 

    Et puis, l’actualité. Vue sur les écrans de télé.

    L’Après massacre de Strasbourg. Et me vient une réflexion sur la foule, ce qui n’est pas la première fois.

 La foule, c’est terrible comme elle est versatile. On peut la faire jouer les girouettes à souhait!

 Applaudissements de la police à Strasbourg après avoir tué Chérif Chekatt, et huée de la même police sur les Champs Élysées quand elle charge les Gilets Jaunes. Et tout ça sur des airs de trémolos, grandiloquants, où les sentiments primaires, naïfs, sont exacerbés. Tout est dans l’irrationnel, pris sur le vif, rabâché plusieurs fois et qui devient vérité.

 Macaron va à Strasbourg et sur la place Kléber, en grande pompe, il félicite la police et « on » chante La Marseillaise. Pauvre Marseillaise qui sert à toutes les sauces!   « On » joue avec l’émotion ....

 

«            Les télés : il y a eu moins de GJ à Paris samedi. »Pas difficile, mais motus les médias. 56 stations de métro fermées, tous les accès menant aux Champs bloqués, les bus des GJ coincés aux péages menant sur Paris. Alors pas difficile de faire le calcul sur le nombre dans la Capitale. Mais les médias se gardent bien de le signaler. Pourquoi? 

 

 

 «      La Liberté commence où l’ignorance finit. » Victor Hugo.

Alors délogeons l’ignorance . 

 Confirmation de la signification du drapeau de l’Europe.

     Début de la IV république. Ceci commence  vers 1948. Robert Schuman est né au Luxembourg. A  fait ses études en Allemagne. Il est élu député de la Moselle entre les 2 guerres. Il milite pour le concordat. Puis il est élu Président du Conseil du 24 novembre 1947 à juillet 48. Puis il devient ministre des Affaires Étrangères jusqu’en 1952. En 1955 il sera ministre de la justice. En 1958 Président de l’Assemblée parlementaire européenne à Strasbourg. Il fera parti avec Konrad Adenauer et Alcide de Gaspéri des «  pères fondateurs de l’Europe ». Ce sont  « trois tonsures sous la même calotte ». Vincent Auriol.

 C’est ce même homme qui en 1938 a approuvé Munich, en 40 a fait parti du 1 er gouvernement Pétain, et voté en juillet 40 les pleins pouvoirs au maréchal. Ce qui lui vaut à la Libération d’être frappé d’Indignité Nationale. En 1945 l’affaire est classée sur ordre du général de Gaulle, et il reprend sa vie politique. 

  Alors le drapeau! J’ai eu l’occasion plusieurs fois d’en donner la signification à des amis qui m’ont regardée comme si je racontais une fable. Ils tombaient des nues. Et bien voilà : R Schuman demande au dessinateur Heitz de concevoir le drapeau de l’Europe, dessinateur de ses amis. Celui-ci choisit la couronne de la Vierge et ses douzes étoiles. Il en a trouvé le modèle à Paris, dans La Chapelle de la médaille miraculeuse de la Rue du Bac. Avec Lourdes et La Salette , La Chapelle est l’un des 3 sanctuaires préférés de R Schuman. À noter qu’il ne se séparait jamais de son chapelet.

 Alors la connotation de l’Europe? On ne peut plus clair. 

Actuellement la définition serait : amalgame de pays disparates, gouvernés par les puissants contre les peuples. Et toujours la même chanson! Alleluia!!

Posté par Marianne-Madelon à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2018

Revoir des chants révolutionnaires et leurs paroles...

     Je viens de regarder à travers le Média la journée du 8 où la police a tiré sur le peuple: les gilets jaunes;  où il y a eu de nombreux blessés dont des personnes âgées.

 Et je me remémore une chanson populaire écrite en 1907 où les vignerons du Midi se révoltent à Bézier, et où le gouvernement envoie la troupe : le 17 ème régiment d’infanterie qui refuse d’obéir aux ordres de leurs officiers et mettent la crosse en l’air. Ils sont accueillis fraternellement et de là, une chanson écrite par Gaston Montehus va naître . Je connais le refrain, je sais le chanter, mais pas les couplets.

 Alors bien sûr, les conditions ne sont pas tout à fait les mêmes, mais les revendications pour vivre mieux sont toujours d’actualité. Et l’espérance est toujours présente. Alors il faudrait un sursaut de notre Police pour qu’elle aussi, faite de pères et de mères, de fin de mois difficiles, lève en l’air les flash- ball, les matraques et les grenades.

      Alors, retour sur ces paroliers qui ont pris fait et cause pour le peuple.

 Et ces paroles, ça nous dit quelque chose?

    Debout les damnés de la terre

   Debout les forçats de la faim....

   Du passé faisant table rase

   Foule esclave, debout, debout

   Le monde va changer de base

   Nous ne sommes Rien Soyons Tout....

   Il n’est pas de sauveurs suprêmes   

  Ni Dieu, ni César, ni tribun

   Producteurs, sauvons nous nous mêmes ! 

  Décrétons le salut commun.....

  Le peuple ne veut que son DÛ

  L’impôt saigne le malheureux...

  La terre n’appartient qu’aux hommes,

  L’oisif Ira loger ailleurs.....

           Est-ce les Gilets Jaunes qui ont écrit ces lignes ou Eugène Pottier en 1871?

         Et ceci

   •  « On nous a collé sur le pavé

        Il faut pour nos vieilles années

       Un refuge,du feu, du pain....

       Le patron dit.....

       À toi la mort, à moi l’argent

       Ton fils a faim? Le mien engraisse

       Tu es malade? Moi je vais bien

       Ta femme est morte de chagrin?

       Fais comme moi, prends des maîtresses..... »

 Ce chant s’intitule « L’élection des Basly, écrite le 1er Mai 1891 par le mineur Eugène Séraphin.

   Et encore

•      « ...... Voyez donc ces hommes politiques

              Vrais paillasses à gueule tragique,

            Qui pour aller au Parlement

            Au Peuple font un boniment... » Chanson « Les mains blanches » XIX ème siècle.

  Ça ne nous rappelle rien?

Et plus récemment, écouter Francis Lalane

   « J’ai comme des mains qu’ont plus le droit de caresser tes mains

    J’aicomme des mains  qu’ont plus de quoi te faire bouffer demain,

   Des mains de chômeur...

    J’ai comme des mains de bon à rien, exclu de la Société ,

    Des mains de chômeur... » 

 Il y a tant de chômeurs qui pourraient chanter cette complainte!

          Et le refrain de l’Estaca de Luis Llach, que tous les catalans connaissent! 

  •   «  Si nous tirons tous, il tombera ( Le pieu où nous sommes ligotés ) 

          Celà ne peut durer longtemps

          C’est sur qu’il tombera, tombera, tombera

          Bien vermoulu, il doit être déjà 

          Si tu le tires fort par ici

          Et que je le tire fort par là

          C’est sûr il tombera, tombera, tombera

         Et nous pourrons nous libérer......... »

    Et Ma France , de Jean Ferrat

         • « Leurs voix se multiplient à n’en plus faire qu’une

              Celle qui paie toujours vos crimes, vos erreurs

             En remplissant l’histoire de ses fosses communes

            Que je chante à jamais celle des travailleurs, Ma France

            Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches

            Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien.......

           Qu’elle monte des mines, descende des collines

           Celle qui chante en moi le belle la rebelle

            Elle tient l’avanir, serré dans ses mains fines

            Celle de trente six à soixante huit chandelles, Ma France.... »

 Et bientôt on pourra peut-être dire Celle de 2018!

   Et il n’y a pas que le régiment du 17 ème qui mit la crosse en l’air, il y a les Mutins du Cuirassé Potemkine, en 1905, chanté par Jean Ferrat

      • «  Mon frère, mon ami, mon fils, mon camarade

            Tu ne tireras pas sur qui souffre et se plaint

            Mon frère, mon ami, je te fais notre alcade

            Marin ne tire pas sur un autre marin

            Ils tournèrent leurs carabines, Potemkine......

            M’en voudrez vous beaucoup si je vous dis un monde

            Où l’on n’est pas toujours du côté du plus fort... »

  Et si la police et les CRS entendaient ces paroles?  On peut rêver....

     Et une autre qui chante l’Espoir de jours meilleurs: Le Chiffon Rouge de Michel Fugain et Maurice Vidalin

         •  « ......Compagnon de colère, compagnon de combat,

              Toi que l’on faisait taire, toi qui ne comptais pas,

              Tu vas pouvoir enfin le porter, 

               Le chiffon rouge de la Liberté 

               Car le monde sera ce que tu le feras

               Plein d’amour, de justice et de joie! 

               Accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge, 

              Une fleur couleur de sang.

              Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge

              LÈVE TOI, car IL EST TEMPS. »

    Pourra-t-on unir les Gilets Jaunes et le Chiffon Rouge? Ils se ressemblent tellement!

 

 

  

Posté par Marianne-Madelon à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2018

Le Camp de Rivesaltes

    Visite du camp par un ciel plombé.

 Baraquements en ruines. Sensation de solitude , de mort. Herbe rase avec quelques buissons d'épineux . Émotion, silence, se taire. S’imprégner du lieu.

 Le musée avec les photos et les commentaires, impressionnant. Dans l’amphithéâtre, un exposé fait par un conferencier- historien fut très intéressant. Il fit un aperçu global de ce que dura le camp avec les différents groupes qui s’y sont succédés. Et contrairement à ce que l’on croit, c’est à dire un camp ouvert au moment de la guerre d’Espagne, pour contenir les réfugiés espagnols lors de la Retirade, le camp fut construit en 1938 pour y « héberger » des troupes coloniales de notre armée, en vue de «  les adapter au climat et aux techniques qu’ils allaient affronter en France. » Mais la déroute de la France devant l’armée allemande a arrêté cette vision. Alors on a comblé avec les Républicains espagnols qui fuyaient le Franquisme, puis avec les étrangers communistes, les juifs et les tziganes, première étape avant Drancy. Et pour finir le camp a servi d’hébergement aux harkis.

  Vision incongrue de ce camp dans une campagne que je connais bien, qui est souriante et hospitalière et qui m’apparait là, soudain, hostile, froide, sèche, rigide, inconnue, inclassable. Je me dis: « c’est pas possible, c’est pas ma région, mon coin de repos. Cet espace est un lieu étranger et pourtant il est à 10 minutes de Perpignan. Est - ce possible ?

 

 Au fil de mes lectures

  «  Le train d’ ERLINGEN » de Boualem Sansal , écrabouilli de thèmes, de pensées, de citations d’écrivains  au travers d’une histoire bizarre, non structurée, qui pour parler des événements des groupes d’islamistes de Daech et Cie , part dans des combinaisons, des idées alambiquées, qui déstructurent ce que me semble-t- il l’auteur voulait exprimer. Pourquoi fait- il compliqué quand il pourrait faire simple. Mystère de l'écrivain. On dirait qu’il a le cerveau et la plume en bouillis. J’ai failli lâcher la lecture plusieurs fois, mais en bon petit soldat je suis allée jusqu’au bout. Résultat : Médiocre .

Posté par Marianne-Madelon à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]