Marianne-Madelon

03 avril 2019

Voyage en TUNISIE

   1er jour. 

Impression .  Les villes sont les villes du Maghreb. Constructions sans plan de ville, détritus le long des voies, sacs plastiques partout. Par contre assez peu de mosquées en comparaison du Sénégal et à l’Éthiopie ( mais en Éthiopie compétition entre les mosquées et les églises chrétiennés ). De plus les mosquées paraissent neuves ou ont été bien entretenues.

 La plaine s’étend jusqu’à la mer, couverte d’oliviers, d’agrumes, mais aussi de cultures jardinières; maintenant cueillette des artichauts, fèves, petits- pois; et champs de blé et de seigle . Je repense aux romains qui avaient fait de cette région leur grenier. La terre est belle, une sorte de lœs, sans cailloux. Plus loin des collines qui ressemblent comme des sœurs à nos Corbières. La végétation est méditerranéenne c’est à dire la même que chez nous. Par contre nous avons vu un arbre remarquable: un Olivier magnifique, planté sous la domination de Carthage, soit un arbre de 2.500 ans! Et une autre chose étonnante: la source ferrugineuse de Korbous où l’eau gicle à 70°, de la colline calcaire au travers d’un gros trou, pour se jeter à 10 mètres de la mer. Elle sort avec une puissance incroyable et parait- il toute l’année avec ce haut débit. Il doit y avoir une sacrée nappe souterraine .

  Mais la première chose qui s’est passée, c’est que, sitôt les bagages à la chambre, de suite, on nous a emmené à Nabeul voir un potier et un tailleur de pierre. J’ai eu une pensée émue pour Gilles Guez qui nous parlait à notre époque strasbourgeoise de sa ville natale de Nabel et de ses poteries. Pour le tailleur de pierre, le guide a dit des bêtises sur l’origine des roches travaillées, et il voyait du porphyre là où il n’y avait seulement que du calcaire. Je n’ai pas pu m’empecher de le lui faire remarquer! 

À Kerkouène on a vu un site archéologique qui datait des phéniciens . Il en reste un morceau de mur remarquable, en forme d’arête de poisson. Il côtoie des restes de murs romains, et l’on a pu voir les systèmes d’écoulement des eaux, et des lieux qui ressemblaient à des salles d’eau; un reste de revêtement de sol qui fait penser à une pré mosaïque avec dessus dessiné le signe de Tanit, déesse de la fertilité pour les carthaginois, et une citerne en pierre pour conserver l’eau.

     Journée farniente. Enfin! Vite dit. Le matin spa, en fait hamam puis massage aux huiles essentielles. Agréable. L’espace Bien-Etre, dans l’hôtel, est luxueux, musique reposante adéquate , entre autre : le concerto d’Aranjuez. la salle de massage dans la pénombre, et les mains de la jeune masseuse superbes, douces et fermes à la fois. Repas buffet pris à l’hotel. L’hôtel 4 étoiles est moderne, très grand et commun à ce genre d’hébergemen, c’est à dire avec le confort dévolu à cette clientèle, mais sans véritable âme. Dehors, 4 piscines, une aire de jeux pour enfants, des toboggans qui plongent dans une piscine, un coin extérieur pour coktails en été, et la plage immédiatement après. Mais comme plage, le même problème que chez nous, soit un espace plage des plus étroits, peut-être 15à20 mètres tout au plus. La mer ici aussi rogne et monte.

 L’apres-midi nous avons loué un taxi et sommes parties voir la vieille médina d’Hammamet. ( les quatre femmes, les deux hommes sont restés à l’hotel). Nous nous sommes particulièrement intéressées à une boutique de parfums et cosmétiques bio, à base de plantes comme l’argan et les figues de barbarie. Ça paraît être un débouché intéressant pour eux. J’ai acheté une crème pour le visage, et dans une autre boutique du safran, mais qui je pense n’aura pas les mêmes propriétés que celui de chez nous, le pistil est beaucoup plus ouvert que ce qu’on le vend chez nous, et le prix est aussi très, très différent.

  C’est la première fois que je voyage hors de France sans toi, et pourtant tu es à mes côtés. Mais faut que je me débrouille toute seule avec les dinars ( l’argent tunisien) chose que tu faisais quand nous partions, et je me laissais porter, c’etait si facile...

     4 eme jour.

   Visite de Carthage et Tunis.

    Carthage  : ville dont le nom fait rêver, comme Rome et Athènes. Déception. Presque rien vu comme trace  antique. Le guide nous a fait l’impasse de l’amphithéâtre. Nous  avons seulement vu les restes archéologiques d’une nécropole punique ( quelques traces) en plein dans les herbes avec un morceau de mur apparent, puis les Thermes d’ Antonin dont il ne reste que le soubassement mais qui étaient d’une étendue gigantesque. Un plan nous permet d’en mesurer la grandeur et de rester songeur quant au « travail de romain » , terme non surfait! Ce qui est incroyable , c’est que ces thermes sont situés au  bord de la mer, et qu’ils ont dû construire un aqueduc pour faire arriver l’eau douce dans ce site, alors qu’ils avaient l’eau salée à deux pas. Mais en ce temps là, on ne se baignait pas dans l’eau de mer. La mode! À quoi ça tient! 

Plus loin nous avons vu, les deux ports de Carthage historique : au premier plan, le port rectangulaire de commerce, et en retrait, à l’arriere, un port rond de guerre avec une petite île en son centre. Puis notre mini bus a grimpé sur la colline où nous avons admiré le village typique de Sidi Bou Saïd, village aux rues étroites, pavées, aux maisons blanches peintes à la chaux, et aux portes , volets, et grillages peints en bleu. Blanc sûrement pour renvoyer les rayons ardents du soleil, bleu comme la mer et le ciel, mais plus sûrement pour éloigner les insectes, mouches et moustiques....  Enfin, c’est mon  interprétation.

Puis discussion ardue avec le guide qui voulait nous faire sauter la visite du musée du Bardo. Bref vers 13h nous avons pu aller le voir, au pas de course. Et là, merveille, je suis tombée en extase devant les mosaïques, tant par leur profusion que par la qualité du savoir faire des ouvriers de cette époque. Et le tout est en assez bonne conservation. Mais horreur, pour arriver jusqu’aux plus belles, nous marchions «comme un seul homme » sur un grand nombre d’entre elles. Aucune précaution de préservation. Pourtant ils rentrent déchaussés dans les mosquées. Ils auraient pu les faire contourner.

 En réfléchissant :  comment se fait- il qu’ils aient autant de mosaïques et qu’il reste si peu de traces de ce passé ? Oui, ça doit revenir très cher l’entretien, et l’état  va au plus urgent. Puis nous sommes allés manger un couscous dans un resto de la ville. Ensuite une partie du groupe est allée faire un tour dans la vieille médina, pour ma part, je suis repartie me protéger du froid dans le mini bus, car le temps était couvert, un vent froid soufflait et je n’etais pas assez chaudement couverte. Puis retour à l’hotel. 

      Pour l’instant aucune trace d’ Hannibal. Serait ce un rêve? Le guide motus. Mais il a fait assez peu d’histoire ancienne. L’aperçu de la ville de Tunis est une ville assez propre, bien sûr embouteillée par les voitures et camions, et comme celà correspond à leurs vacances scolaires, beaucoup d’enfants qui batifolent.

  5 eme jour. Journée libre.

Nous sommes allés découvrir le marché de Nabel. Authentique. Le monde se presse dans les allées, beaucoup de détritus plastiques jonchent la chaussée . Tout est à vendre: des poteries, du travail de l’olivier, à la bijouterie de pacotille jusqu’aux vêtements, neufs ou usagés, aux marchés aux légumes, à la viande, et aux épices. Il y a de tout. Actuellement c’est la saison des artichauts et petits pois qu’ils présentent étalés sur des nattes par terre. Il y a tellement de monde qui se presse dans les allées qu’on se demande quand ils travaillent, surtout si on regarde les terrasses de café, remplies d’hommes qui sirotent des boissons et qui ne travaillent pas. Quel est le taux de chômage en Tunisie?

Dans le marché de Nabel, j’ai pris en photo une sculpture qui me faisait penser aux sculptures soviétiques glorifiant les courageux partisans lors de la 2 eme guerre mondiale. Elle est de la même facture, un soldat s’élance un drapeau rouge à la main, mais au lieu de l’étoile avec la faucille et le marteau, il y a un croissant blanc et une étoile rouge. À côté de lui, un autre homme, le tenant par le bras, grimpe avec lui.  

     Pour moi, j’ai attrapé la touristà et j’ai l’impression de me liquéfier. J’aurais bien aimé aller marcher le long de la plage, mais mon ventre me l’interdit. Dommage. Sonia m’a donné des médicaments, j’avais épuisé les miens. 

   

    Réflexion sur le monde qu’on côtoie au restaurant de l’hôtel .

 Il y a des européens en petit nombre et des maghrébins et peut être des arabes ( arabes venant de la péninsule arabique) . Il y a beaucoup d’enfants, ce sont les vacances scolaires. Constatation, les hommes sont habillés modernes, à l’européenne, sauf un en djellaba  et longue barbe hirsute. Les femmes sont en majorité coiffées et en longues tenues. Coiffées c’est à dire avec les foulards cachant bien les cheveux, serrés sous le cou, de couleur ou bien blanc , rare, ou noir très courant. Certaines portent pantalons et par dessus robes, d’autres, nombreuses, ont la camisole noire, cachant bien leur silhouette. Remarque méchante: c’est pas trop grave, elles sont grosses. J’en ai remarqué une ce midi, jeune, très grosse , habillée d’un manteau marron clair qui la boudinait, avec fausse fourrure autour du col et aux poignets. Et bien elle a mangé comme ça. La fourrure trempant dans l’assiette.... Et avant hier soir, alors le bouquet! Une femme portant lunettes de vue, avec un hidjab.Son mari habillé moderne, avec TShirt moulant un torse jeune, jean, et des enfants habillés normalement. Alors fallait voir le cirque qu’elle opérait pour manger! J’étais fascinée. Elle levait son voile noir qui recouvrait évidemment ses lunettes, enfournait une bouchée, et retombait vite son voile. Je me pose la signification véritable  de cette mascarade. Seule au milieu de cette diversité avait-elle besoin de faire ce cinéma? Était ce de la provocation, était-elle vraiment croyante, mais en quoi est-ce une marque de croyance de s’empêcher  de manger normalement, ou bien obeissait- elle au doigt et à l’oeil à un mari aux apparences normales? En quoi avait-elle besoin de se faire remarquer dans un lieu clos? Pour moi c’est un mystère.

 Il y a cependant quelques maghrébines sans foulard, mais dans l’hotel elles ne sont pas nombreuses. Par contre dans Tunis j’en ai vu d’avantage. Cependant malgré ces remarques, les gens sont gentils et avenants. Hier soir un groupe fêtait les 11 ans d’une petite fille, le restaurant lui avait confectionné un grand gâteau, et bien les mamans sont venues nous en apporter une part. C’etait gentil, sympathique et convivial. 

Cet après-midi j’ai eu droit au jacuzzi, plus massage par un masseur très compétent. Il m’a massé le dos et a travaillé sur des tensions qu’il a senties et qui me bloquent très souvent. Ah! Clo, ton ombre, tes mains! 

       Aujourd’hui, visite de Kairouan.

 La ville est à l’intérieur des terres, zone semi- aride, mais chose étrange avec quand même des sortes d’étangs d’eau salée, eau de pluie qui se conserve en surface, le sol étant argileux. Ce qui fait que nous avons vu de nombreuses cigognes, perchées sur leurs nids. La vieille ville est entourée par de magnifiques remparts dont le soubassement est fait de gros blocs datant des romains. La mosquée est belle dans sa simplicité. C’est la plus ancienne du Maghreb. Les colonnes qui soutiennent les voûtes (arcs byzantins) sont toutes des colonnes en marbre de l’époque  Romaine. Pour construire la mosquée ils se sont servis sur place, comme les chrétiens l’ont fait sur des sites païens. À l’interieur nous  avons admiré le travail du stuck et les carreaux de faïence, au bleu dominant. Après le repas plus que moyen, direction Sousse, ville portuaire dont les remparts entourent la médina. Toutes ces villes tunisiennes possèdent des remparts magnifiques, certains datant de la période byzantine. Constantin et Justinien ont laissé des traces.

 

         7 eme jour

   Matinée libre. Ça va bien tomber. Je vais rester à la chambre. Je vais me reposer. J’ai passé une nuit «  Apocalypse now » . De 11 h jusqu’a 3h du matin je me suis levéé toutes les dix minutes....J’ai repris des médicaments. 

      Le jour du départ, mon ventre m’a laissée tranquille . Mais nous avons eu 4 heures d’attente à l’aéroport . Arrivée à Toulouse à 11 heures du soir. 

Voyage un peu décevant au niveau historique, mais beau dans son ensemble.

 

Posté par Marianne-Madelon à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2019

Lectures, écoutes télé, radio....

 J’ai fini le livre « Les nouveaux monstres. » de Simonetta Greggio. Comment l’Italie, un pays si beau, peut- il descendre à ce niveau de noirceur, de décrépitude de la société ?  Mais ne sommes nous pas en train d’en faire autant? Je suis en train de lire le dernier livre des Pinçon- Charlot : « Le président des ultras-riches » . Et ce président, lui, qui s’est soumis au pouvoir de l’argent, qu’est ce?

         Il a enfin plu cette nuit. Je ne l’ai pas entendu, mais en ouvrant les volets on voit l’humidité sur l’herbe, et les petits réservoirs de récupération d’eau sont pleins. Il faut me mettre  au garde à vous, prête à tondre. Je vais descendre au marché, je pense planter une lavande. Quoiqu’il en soit j’essaie à combler le vide.

 Que tu me manques! Ce vide! Tout se rétrécit autour de moi, avec moi. Une assiette, un verre, une petite casserole, un petit saladier. Le repas vite fait, avec de petits contenants. Comme je pense à ma mère;  alors, je ne comprenais pas ce minimalisme, peu de conserves, de réserve. Et maintenant, je fais pareil! En me disant : « à quoi bon! »

     Je viens d’ecouter Frédéric Lordon qui philosophait sur les affects et l’anarchie, sur les valeurs et le sens qu’on leur donne, et qui vivait sa contradiction en tant qu’homme comme il pouvait , et en tant que philosophe comme homme qui ne se faisait plus d’illusions.

 Et là, tu me manques, je voudrais en parler avec toi, pour savoir ce que tu en aurais pensé. Pour moi Lordon a laissé de côté la vision matérielle. Il parlait à France- Culture, et il se situait en tant que philosophe et non plus en tant qu’économiste qui a fait vibrer « Nuit Debout ». Pourtant nous vivons et il nous faut survivre, et pour cela il faut nous colleter à la vie de tous les jours qui elle n’est pas chimère, n’est pas qu’affects mais dure réalité, c’est à dire, boire, manger, copuler, travailler. C’est la dialectique marxiste, c’est l’articulation concrète de l’adaptation de l’Homme entre sa survie et son cerveau pensant. La raison ( de Spinoza) les affects( de Lordon) nous font agir, mais pour cela il faut nourrir le corps, sinon rien. Pour pouvoir penser, il faut d’abord être vivant. Il faut vivre pour parler des affects, de l’anarchie ou des valeurs. Pour pouvoir le faire il faut que nous en passions par ce qui nous permet la survie : manger et boire. Et ça c’est concret, matériel.

  Claude tu avais écrit :« La structure qui met en forme la matière vivante est ce que Laborit appelle l’ Information Structure par distinction de l’information circulante.  Comme elle ne se pèse pas avec une balance, on peut dire qu’elle possède bien les propriétés immatérielles de l’esprit. Mais en tout état de cause elle est inséparable de la matière. » 

  C’est pourquoi Lordon me met un peu mal à l’aise à travers cette interview . Faire l’impasse de ce que nous sommes « Êtres psychosomatiques » me dérange, me frustre. C’est bien beau les grandes envolées sur les affects, la pensée, mais nous ne pouvons nous couper du soma, et c’est bien là sa contradiction dont il est conscient mais qu’il a juste évoquée . Celà n’empeche pas que F. Lordon est « un mec bien ».

Posté par Marianne-Madelon à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2019

En écoutant Le Média

  J’ai écouté sur Le Média , Vincent Cespedes, un philosophe qui a dit des choses intéressantes sur le mouvement des Gilets Jaunes, mais qui ne me convainc pas quand il se dit «  internationaliste » . Il n’est pas internationaliste mais « mondialiste » ; pour être internationaliste il faut d’abord être nationaliste, ce qu’il se défend. Être nationaliste, c’est aimer son pays et aimer les autres états avec leurs spécificités. ( langue, coutume, histoire, culture) . Détruire les barrières d’états n’est pas pour demain, la Mondialisation arrivera si la planète n’a pas explosé entre temps, ou si le climat l’impose dans un futur relativement proche. 

 Il dit de la France Insoumise qu’elle est souverainiste, c’est à dire qu’elle considère La France comme un état souverain. Et elle a raison à mon sens. L’ Allemagne et les autres états européens sont souverainistes, le Danemark, la Suède, la Norvège, la Finlande le sont aussi. Ils ne font d’ailleurs pas parti de l’Union Européenne. Être Souverainiste, Nationaliste n’est pas un gros mot. Il suffit de se mettre d’accord sur ce qu’on met dans le concept de ces 2 mots. Et surtout, Ne Pas Le Laisser uniquement dans le vocabulaire du Front National ou RN. C’est là un point important. Et c’est là que les intellectuels fautent en balayant ces mots de leurs vocabulaires et en leur faisant perdre leurs sens faute de les manipuler. Ils sont dans le système du Bien-Pensant, de la Norme. Ils sont sur les rails de la Communauté petite bourgeoise. Messieurs les philosophes prenaient de temps en temps une pelle et un râteau et cultivez votre jardin. 

Posté par Marianne-Madelon à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2019

Le carnaval, le Rostola.

  Tu aurais été heureux, le carnaval a été joyeux et les déguisements imagés. Les deux chars étaient très bien décorés. Comme toujours ils ont parcouru les rues du village, les enfants heureux, et le soleil rayonnant. Mais je n’ai pu retenir mes pleurs en voyant  le tracteur démarrer , sans toi comme conducteur. Les’omelettes étaient délicieuses, les bonbons pour les enfants s’étalaient à l’envie, et les participants étaient nombreux. Tu as relancé la vie du village, tu n’es plus là mais ton souffle  est bien présent.  Tu me manques.!   

Posté par Marianne-Madelon à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2019

6 Mars . Anniversaire de Bérenger

 Nous le fêterons à Font-Romeu. Il y a 45 ans nous étions autour de toi : ton père qui m’accouchait , ta marraine Betty, en seconde main au cas où, et Philippe B. au «  soviet » au cas où il y aurait casse. Tout ça dans cette  « grande maison » la Gynéco, un des vieux bâtiments des Hospices Civils de Strasbourg. 

Mais je suis ici, dans le Conflent. La neige s’efface peu à peu sur le Canigou. Les jonquilles se fanent doucement. Les champs se couvrent de rose et de blanc, les pêchers, les abricotiers et les pruniers se parent de leurs coiffes de couleur, le Printemps est bien là. Renouveau, renouveau. Et pourtant l’Absent ! L’absent qui est là, à mes côtés, qui me suit, mais qui n’intervient plus...

  Et combien cette phrase de St Augustin (Veme siècle) est belle :

 « les morts sont invisibles, ils ne sont pas absents. Ils tiennent leurs beaux yeux pleins de gloire fixés dans les nôtres, pleins de larmes. »

 Celà révèle la constance de la conscience des humains qui est le fondement de notre humanité. Cette conscience qui nous différencie des animaux, mais qui ne nous empêche pas de commettre des crimes, chose que les bêtes ne font pas.

 Et cette conscience qui est à la source de notre liberté ( de penser, d’agir) s’éteint  avec nous quand nous disparaissons. Heureusement il reste les livres.

Posté par Marianne-Madelon à 09:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 mars 2019

La Communauté Internationale ?

     Pourquoi toujours nous faire croire que c’est uniquement la voix de l’Occident qui est dans le vrai?

Occident = USA, Canada, GB, Suède, Norvège, Finlande , l’Europe, l’Australie. Et les autres pays, qu’en pensent-ils?

 Le reste = La Russie, la Chine, l’Inde, L’Afrique, le Moyen-Orient, l’Amerique du Sud? 

     Qu’est ce « la Communauté Internationale »?

D’abord, c’est un terme, une expression purement occidentale. La Communauté Internationale est pour l’ « Occident » le moyen d’intervenir militairement pour mettre la main sur le Pétrole, ( Irak, Lybie, Syrie) ou pour mettre au pas certains pays qui ont le culot de ne pas penser, de ne pas se comporter comme « l’Occident » l’a décidé . C’est actuellement le cas pour le Venézuéla qui ne correspond pas aux vœux de l’Occident capitaliste, comme celà l’a été pour Cuba, c’est aussi le cas pour l’Iran qui ne rentre pas dans les cases préfabriquées de cet Occident, ainsi que la Corée du Nord.

     Et si on remonte le cours de l’Histoire on constate que cet Occident, avec comme centre les USA, est intervenu partout sur le globe pour imposer son propre point de vu,et cette intervention s’est faite militairement.

  Ce fut le cas au Chili avec Pinochet

  -   Aux Philippines avec Marcos, 

  -   Au Salvador avec Martinez et plus tard avec Duarte. ( celui-ci fut élu avec 2 millions de dollars que la CIA lui a fourni en 1984. ) 

   -   Au Nicaragua avec Somoza. ( des 1909 les USA pratiquent «  la politique du gros bâton » sous Roosevelt, et fournissent leur aide à la dictature jusqu’à la libération en 1979 du pays par les Sandinistes) . 

    -   Au Vietnam avec les Français et les Américains contre l’Indépendance de cet État.

   -   En Yougoslavie intervention de la Communauté Européenne chapeautée par l’Allemagne et soutenue par les EU, reconnaît l’indépendance de la Slovénie et de la Croatie et intervient militairement. Il s’en suivra une terrible guerre civile.

  -   Au Congo Belge, Patrice Lumumba est assassiné en 1961 pour avoir voulu libérer son pays du colonialisme, et évidemment l’OTAN s’en mêle. Le 26 Août  1960, dans un télégramme le directeur de la CIA , Allen Dulles, indique à ses agents à Léopoldville au sujet de Lumumba :« Nous avons décidé que son éloignement est notre objectif le plus important et que, dans les circonstances actuelles, il mérite grande priorité dans notre action secrète . »  

 Message on ne peut plus clair. Tout ça pour dire que «  La Communauté Internationale » est réduite à quelques états qui se croient les maîtres du monde, et qui ne se gênent pas pour éliminer ceux qui ne pensent pas comme eux. En attendant ils ont des milliers de morts sur la conscience, mais encore faudrait-il qu’ils aient une conscience...

  Ainsi, aussi, le mot dictature est pour ces pays là à géométrie variable. Ex le Vénézuéla  est pour eux une dictature, mais le Brésil qui vient de passer dans les mains d’un fasciste, raciste, non . Comprenne qui pourra!!!

 

 

Posté par Marianne-Madelon à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2019

Finkielkraut et l’Antisemitisme , ou l’Art d’utiliser la Confusion

 

   Le Sionisme c’est une idéologie politique qui a grandi en GB à la fin du XIXeme siècle entre des banquiers juifs hongrois et anglais et le gouvernement de l’époque .

   Le sionisme avait pour but la création d’un foyer national juif . Israël en est la concrétisation. Cette concrétisation a vu le jour le 2 novembre 1917 par une lettre ouverte signée d’Arthur Baffour au lord Rorhschild : « J’ai le grand plaisir de vous adresser, de la part du Gouvernement de Sa Majesté la déclaration suivante...le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement  En Palestine d’un foyer national pour les juifs... ». 

Le 1er manifeste sioniste a été publié en 1881 par Léon Pinsker, médecin à Odessa qui concluait que les juifs devaient quitter l’Europe, créer leur propre état, sans revendiquer La Terre Sainte.

 Le sionisme actuellement est un courant nationaliste comme les courants nationalistes d’extreme droite en Europe.

 En fait, c’était pour l’époque, une façon détournée pour la GB  de pénétrer dans l’Axe des Empires Centraux: l’empire Ottoman et l’empire Allemand, c’est la convoitise qui ont poussé ces empires à s’accaparer de la région de cette Asie Mineure.  Ces empires étaient des empires coloniaux qui comme des crabes se dévoraient entre eux: empire britannique, français, italien, allemand, ottoman. Malheureusement ça n’a toujours pas changé à présent! 

     L’ Antisémitisme c’est :« le nom donné à la discrimination et à l’hostilité manifestées à l’encontre des juifs en tant que groupe ethnique, religieux ou racial » Wikipedia.

Dans antisémite, il y a sémite. Alors qu’est ce un sémite? 

Dictionnaire: Relatif aux peuples qui parlaient une langue sémitique au niveau du Croissant Fertile, la Mésopotamie et l’Asie du SE. Les langues sémites: l’Hébreu, l’Arabe, le Syriaque.

 Alors, bêtement, être antisémite, c’est être contre les juifs,les arabes, et les gens qui vivent en Syrie et en Mésopotamie.

 Le syriaque est à côté du latin et du grec la 3 ème composante du christianisme ancien....et est également descendant de l’Antiquité proche- orientale et sémitique. ( source de Françoise Briquel- Chatennet) 

         Alors, être antisémite , c’est QUOI   ? 

Etre contre les juifs, les chrétiens, les arabes? 

      Ah! Si on permettait aux gens de connaître l’Histoire, d’aller chercher aux sources! 

            Et les Juifs! Je ne reviendrai pas sur leur origine, je l’ai écrit dans mon blog en juin, juillet et août 2018. Mais je rappelle que la plus grande proportion de juifs sont d’origine autre que venant du pourtour de la Méditerranée . Je re- cite une partie de la conclusion du livre La XIIIeme Tribu :« Actuellement les anthropologues et les historiens nient l’existance d’une race juive. Le peuple juif par ses migrations constantes...l’ont soumis à un tel métissage que l’on ne peut parler de « peuple d’Israël » ».

   Alors, l’Antisémitisme c’est une fable faite et entretenue pour que les imbéciles se battent entre eux, comme est une fable la race noire, blanche, jaune. On a la peau noire, blanche ou jaune, c’est tout.

Le racisme et l’antisémitisme servent de présentoir aux dominants pour détourner l’attention des dominés de leurs misères et de leurs malheurs. Et ces dominés vont comme le papillon de nuit se brûler à la lumière du soir....

 Ah! L’Éducation, le Savoir pour tous! Et donner l’Espoir et l’Esprit critique!

Mais je ne terminerai pas sans égratigner un journaliste, imbécile, « tête de gondole » sur BFMTV ou sur CNews disant qu’il ne voyait pas de différence entre l’antisémitisme et le sionisme!  Ainsi que Finkielkraut qui en Juin 2007 disait des enfants de Gaza :« les enfants palestiniens de Gaza n’ont aucune place dans le monde, ils sont le fruit d’une production effrénée d’hommes excédentaires ». Il faut le faire!  Et cet individu est à l’Academie Française.

Bref, sans commentaire, si ce n’est que tous les fous ne sont pas dans les asiles.,  

Posté par Marianne-Madelon à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2019

Louise Michel

  Je viens de finir les « Mémoires » de Louise Michel. Globalement c’est un peu décevant pour moi, lectrice du XXI eme siècle.

 Elle ne relate pas suffisamment les circonstances historiques dans lesquelles elle s’était engagée, mais elle n’est pas historienne!  Elle était une révolutionnaire, féministe ,du XIXeme siècle. Mais avant tout, elle apparaît comme une poétesse , elle a entre autre envoyé des poèmes à Victor Hugo qui lui a répondu. Ses mémoires sont couverts de poèmes . Ensuite elle a été institutrice, et elle a employé ce sacerdoce aussi bien en France qu’en Nouvelle Calédonie pendant le temps de son exil.

 Et puis elle s’est engagée révolutionnairement pour la Commune de Paris en 1871 et la IIIeme République naissante, bourgeoise ne lui a pas fait de cadeaux! Les Versaillais l’ont emprisonnée et envoyée aux antipodes.

 Je vais donc recopier des paragraphes de ses écrits afin de mieux saisir L. Michel. Cependant il faut que j’ajoute le grand amour de LM. pour sa maman, présente  tout le temps dans ce livre. Elle fait aussi beaucoup référence à son enfance où elle a vécu heureuse dans une famille qui l’a aimée et qui lui a appris l’idee de Liberté.

 

  «  C’est le tas des inconscients qui, sans le savoir, étayent les tyrannies, prêts à prendre à la gorge et à entraîner sous l’eau quiconque veut les sauver; c’est le grand troupeau qui tend le cou au couteau et marche sous le fouet. »  Ça n’a pas changé malheureusement, mais actuellement il semblerait que certains se réveillent sous la menace du couteau.

   « Esclave est le prolétaire, esclave entre tous est la femme du prolétaire. Partout l’homme souffre dans la société maudite, mais nulle douleur n’est comparable à celle de la femme. » 

   « Nous voulons, non pas quelques cris isolés, demandant une justice qu’on n’accordera jamais sans la force, mais le peuple entier et tous les peuples debout pour la délivrance de tous les esclaves  qui s’appelle le Prolétariat. » 

c’est ce que tentent de faire actuellement les GJ, mais il n’y a pas encore la masse du peuple....

  «  Les êtres, les races, et dans les races, ces deux parties de l’humanité : l’homme et la femme qui devraient marcher main dans la main et dont l’antagonisme durera tant que la plus forte commencera ou croira commander à l’autre, réduite aux ruses, à la domination occulte qui sont les armes des esclaves. Partout la lutte est engagée. Si l’égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine.... Il y a fichtre longtemps que nous avons fait justice de cette force là, et nous sommes pas mal de révoltées, prenant tout simplement notre place à la lutte sans la demander. »

  Elle fait une description apocalyptique de la condition de la femme au XIXeme siècle, surtout dans les villes où elles sont prises entre l’enclume et le marteau. L’enclume leur  mari, le marteau  la prostitution. 

 «  Là-bas bas en Calédonie, sur un rocher énorme, ouvrant comme une rose géante ses pétales de granit tachés de petites coulées noires de lave, pareilles à des filets de sang noir, est une strophe d’Hugo que j’y ai gravée pour les cyclones : 

      Paris sanglant, au clair de lune,

      Rêve sur la fosse commune.

      Gloire au général Trestaillon !

      Plus de presse, plus de tribune, 

      Quatre- vingt neuf porte un bâillon; 

      La Révolution, terrible à qui la touche, 

      Est couchée à terre; un Cartouche 

      Peut ce qu’aucun Titan ne put.

      Escobar rit d’un rire oblique. 

      On voit traîner sur toi, géante République, 

      Tous les sabres de Lilliput; 

      Le juge, marchand en simarre, 

      Vend la Loi.

       Lazare, Lazare, Lazare! 

            Lève toi!  »

 voilà Louise Michel. 

Pour mieux comprendre : le Cartouche est un projectile, un obus. Le simarre est le nom de différents types anciens de robes.

Escobar, jésuite espagnol ( 1589-1669) casuiste , que Pascal attaqua avec vivacité dans «  Les Provinciales ». 

 La référence au général Trestaillon c’est le général Mac -Mahon qui était à la tête de l’armée versaillaise . 

Posté par Marianne-Madelon à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2019

L’Éveil du Printemps

 J’ouvre les volets ( 8h) et j’entends avec bonheur le gazouillis des oiseaux. Les amandiers blancs et les mimosas jaunes embellissent les environs. La fête de l’Ours dans le Vallespir bat son plein. Il sort de sa tanière, c’est le retour à la vie. Le cycle des saisons se déroule, indifférent à ces fourmis à cerveaux qui se disputent sur la planète - bleue. Pauvres fourmis ! Si ridicules sur la Flèche du Temps! Et mon camélia tout en fleur....

Posté par Marianne-Madelon à 11:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2019

À quoi bon....

Je suis montée au bureau pour chercher des papiers, et j’ai fouiné dans des photos très anciennes où j’ai revu tous mes disparus...et se retrouver seule dans la maison vide, que c’est dur. 

Hier j’ai encore rêvé de toi.

 Nous savions que tu avais le cancer et que la guérison était très incertaine. Alors tu es parti en Afrique, accompagner des adolescents et tu pensais , sans que l’on se soit rien dit, y mourir. Mais voilà . Je dormais et tout à coup je sens quelqu’un à mes côtés. Je bouge , tu me touches, je me réveille, embrumée, étonnée. Et je te vois avec ta chemise bleue à carreau, ton pantalon gris, allongé à côté de moi, souriant. Tu es rentré? 

Et je me réveille, seule...

Posté par Marianne-Madelon à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]