Marianne-Madelon

25 mai 2018

Dérive de la République

 

Macaron se croit le droit de donner des leçons de démocratie à Poutine. Il ferait mieux de balayer devant sa porte! 

Honte à lui et à son gouvernement pour avoir laissé pendant 48 heures des lycéens en garde à vue. Ces jeunes ont occupé un lycée, le lycée Arago à Paris pour protester contre le système « parcour sup » qui distribue selon des critères aléatoires des places pour s’inscrire en faculté, ce système leur demandant entre autre des lettres de motivation. Mais comment peut on être motivé à 17 ans , sans jamais avoir travaillé pour savoir si tel ou tel job va leur plaire. À part un petit nombre, comment peuvent-ils savoir si les études supérieures qu’ils ont choisies vont leur procurer un métier qui leur convient?

 De notre temps les choix étaient ouverts et on pouvait bifurquer en cours d’études. Là, tout est figé, décidé d’avance. Le prétexte : il n’y a pas assez de places en facultés. Et bien construisez- en! Ça fera du travail pour les architectes, les maçons  et les enseignants.

 Mais une trop grande ouverture sur le Savoir fait peur à ce gouvernement monarchico- républicain. Il ne faut pas que les gens pensent, réfléchissent, critiquent, raisonnent. Il faut des sujets raisonnables, consensuels qui approuvent la messe des médias. Et point! 

 L’ égalité des chances? Envolée. Conception désuète.

 La preuve mon petit- fils. Il va passer son bac, il a choisi architecture. Il faut aller se présenter pour un entretien dans les écoles d’archi. Et bien, il a la chance d’avoir des parents qui ont pris sur leur temps de travail pour l’accompagner ( à Marseille, Clermont-Ferrand, St Étienne, Montpellier , Bordeaux, Toulouse) dans les différentes écoles où il avait postulé. Il y a eu les trajets, l’essence, les repas à payer. Qui peut faire ça, sinon des parents ayant un certain revenu? Ce n’est pas permis à la classe ouvrière, trop cher, trop loin, pas de temps disponible.

 Ce monde dans lequel s’engouffrent mes petits-enfants m’effraie, me révolte. C’est un monde barbare où malgré la technologie l’Homme est un jouet au sein d’une société inhumaine et injuste. Je suis triste de vivre ça !!

 

Posté par Marianne-Madelon à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2018

Lendemain de fêtes

Ton poème que tu as écrit à Sirach le 5 Janvier 2016. 

Nous avions cheminé, ri, joué tous ensemble

Les parents, les enfants, les jeunes et les vieux,

Tout au long des allées, bosquets et chemins creux

Bordés d’ifs, de tilleuls, de plantes, de trembles.

 

La tablée accueillante à tous les appétits

Bruissait des cliquetis de couteaux et fourchettes

Des rires des enfants, le nez dans les assiettes

Le brouhaha gagnait les grands et les petits

 

Moi, ancêtre ravi avec ma barbe blanche

L’oeil humide de joie, le regard amoureux

Je couvais ma tribu en souriant, heureux

Et fier d’être le tronc dont sont issues ces branches.

 Tu avais écrit ce poème après notre Noël à Paris et notre escapade aux jardins de Versailles.....

 

Posté par Marianne-Madelon à 17:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 mai 2018

La Date approche

Où tu es parti. Et que c’est long les jours sans toi! Quelle absurdité vivre sans toi. Pourtant il y a bien un instinct de survie qui me pousse à faire à manger, à m’occuper de la maison, du jardin, bref à vivre « comme avant ».

On a connu dans notre vie des hauts et des bas, des moments difficiles, à certains moments des incompatibilités d’humeur, mais nous avons su les dépasser, l’amour étant le plus fort.

 Ta place dans le lit est vide, un petit coussin en forme de cœur  repose au niveau de la tête. La bibliothèque  t’attend et tu ne viens pas. Il faudra que je demande aux garçons de venir y ranger des nouveaux livres, je ne veux plus monter sur l’échelle, je crains. Et demander à tout moment de l’aide, c’est pénible, pourtant je suis bien obligée d’en passer par là : pour m’acheter et remplir un bidon d’essence afin que je puisse faire marcher la tondeuse,pour arranger un morceau de fonte qui s’est détaché de la cheminée, et pour m’aider de ci de là quand quelque chose ne marche pas. Et oui! J’étais tellement  habituée à dire : « Claude, ça ne marche pas, ou tu fais ça? » Il assumait tellement de choses, en particulier tout ce qui touchait Inter-Net, et la déclaration d'impôts! Heureusement Tati Christ. qui a travaillé aux impôts est disponible.... Mais ce qui me manque surtout c’est la communication, le manque de circulation de nos idées, de nos réflexions, de nos points de vue, et bien sur ta présence, ton sourire, tes mains! Des photos de toi dans la maison m’accompagnent, mais après, le vide. Et je me dis tous les jours: « à quoi ça sert que je sois là toute seule? Qu’est ce que je fais là » On me dit : « tu as tes enfants et petits-enfants ». Oui, c’est vrai, mais la vie quotidienne est une vie seule qu’il faut assumer, et 50 ans de vie en couple ne s’efface pas comme ça... notre retraite était tellement idyllique, 10 ans de bonheur, au calme, de sénérité. Je lui disais souvent:«tu vois si on vit encore 10 ans de plus comme ça , après on pourra partir, ensemble, ce sera bien ». Oui, mais la vie et la mort ont jouées autrement.

 Ça va faire un an que tu es parti, et tu es tellement présent pour moi ! Et les pleurs ne changent rien.

 J’ai mis la main sur peut- être le dernier poème que tu as écrit, un an avant pas disparition. Je vais le transcrire. 

Ton écriture me rend ta présence palpable. Tu es là. Et puis non. J’ai encore rêvé de toi cette nuit. C’est la nuit, quelqu’un frappe à la porte, je m’approche, la porte s’ouvre tout doucement et derrière , Claude, incertain, et jeune, avec ses cheveux noirs, ses lunettes carrées noires, et sa barbe noire. Aucun mot. Le choc, je me réveille et pleurs!  Quand ça va s’arreter?

Posté par Marianne-Madelon à 10:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mai 2018

Le vrai visage d’Israël

Le 14 Mai 2018 vers 20 heures 30.

 Quand le gouvernement israëlien se conduit comme le gouvernement nazi; Quand on oublie l’Histoire. Israël massacre. Honte à lui.

 À 21 heures, le film : « Une saison blanche et sèche » sur l’Apartheid en Afrique du Sud passe à la télé. Juste après les 52 morts palestiniens tirés comme des lapins par le gouvernement sioniste- fasciste d’Israël. On constate que ces sionistes au pouvoir ont les mêmes procédés, les mêmes mentalités que tous les fascismes existants.

Le film dénonçait l’apartheid et le racisme des Afrikaners. Malheureusement ce qui vient de se passer prouve encore une fois que l’ostracisme et le racisme sont bien vivants. 

Comment ose-t- on en France parler d’antisémitisme, d ‘« éternelles victimes ». Les victimes actuellement sont 52 Palestiniens massacrés . Et combien depuis ce début d’année? Alors comparons puisqu’il faut comparer, et rappelons des faits. En France il y a  900 homicides par an. On dénombre 11 victimes juives sur 12 ans. Et dans un pays qui se veut laïque , les juifs , les catholiques, les musulmans devraient faire parti du même décompte que les athées. 

Alors le vrai visage d’Israël ? Il faut remonter à la fin du XIXème siècle. À ce moment là est née une idéologie « Le Sionisme ».  Le projet sioniste a commencé quand un ministre britannique a fait une promesse à un banquier juif britannique en   1917 , de lui fournir une terre. Ils l’avient cherchée en Afrique équatoriale, mais tout compte fait c’est en 1920 que le Haut- Commissaire britannique choisit la Palestine. Et depuis, les Israéliens ont élaboré le mythe du retour au pays. 

( je développerai prochainement l’idée du mythe et je ferai un retour dans le passé)

 Dans tous les cas la phrase célèbre de Berthold Brecht doit encore raisonner dans nos têtes : « Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde. »

Posté par Marianne-Madelon à 16:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2018

Comme quoi on fait des découvertes à tout âge!

VAUBAN ! Connu deans l’ hexagone pour ses places- fortes, son système de défense, ses constructions impressionnantes. Louis XIV le nomme Maréchal de France en 1703.

 Mais là où je découvre ce personnage si célèbre, c’est sur sa vie propre. Il a laissé des mémoires abondantes. Elles auraient pu être plus exploitées. Mais c’est fait. Un historien, Stéphane Perréon vient de publier le livre : « Vauban » . J’ai tiré des extraits d’un article de Science et Vie.

 Et je découvre que non seulement Vauban connaît toutes les routes du royaume de France, mais aussi « les hommes et la dureté de leur vie. Il ne restera pas insensible à la misère de la population, décimée à la fin du règne par de grandes disettes... » . «  C’est un homme franc et sans complaisance, qui n’avait pas l’etoffe d’un courtisan. Il fut l’un des rares à parler au roi des souffrances du peuple. Épris de justice il conçoit même un projet de Dîme Royale , ébauche d’une réforme fiscale dont l’objectif est de mettre au point un impôt universel, ce qui aurait signé en quelque sorte la fin de la taille et des privilèges de la noblesse. Interdit de publication, ce texte fondateur lui valu la disgrâce du monarque. »  Comme quoi, les choses évoluent lentement, et on peut se demander si on n’est pas en train de faire machine arrière avec notre Macaron de malheur.

 « On lui doit aussi nombre de travaux portant sur l'économie, l’agriculture, les routes et les voies d’eau. Ainsi qu’un mémoire pour le rappel des huguenots, dans lequel il tire les conséquences très négatives de la Révocation de l’Édit de Nantes (1685). » En fait Vauban est un précurseur des Lumières. C’est en effet un grand homme.

 

Posté par Marianne-Madelon à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2018

Umberto Eco

«  Je ne voudrais pas que le mot censure n’évoque que de coupables silences : il existe une censure par excès de bruit....dans un contexte d’un trop plein de nouvelles insignifiantes. 

Posté par Marianne-Madelon à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2018

De la Bastille à la Place d’Italie

Ou comment dévoyer une manifestation débonnaire et bon enfant.

 Le 1er MAI à Paris.

 C’etait quelque  chose pour moi! Des 1er Mai j’en ai fait, mais jamais à Paris.

 On arrive en famille à La Bastille. Un monde fou, joyeux, chantant, criant des slogans, mangeant des frites, des merguez, buvant pour remplir l’estomac car la manif démarre bien après 14h30. Il y a des distributions de tracts, tous vilipendant le gouvernement de Macaron.

 La manif démarre, débonnaire et la tête du cortège arrive sur un pont, et là, blocage. Des « casseurs cagoulés » ( il est marrant ce dénominatif ! ) passent à l’acte et évidemment cassent. Les flics pas loin ripostent, lancent des bombes lacrymogènes, on entend des bruits d’énormes pétards, je ne saurai dire de bombes,. De la fumée noire s’élève. La manif est donc bien bloquée. Alors ces « casseurs cagoulés » , qui sont là maintenant dans toutes les manifs, BIZZARE, que la police soit incapable de les repérer et de les maîtriser. Mais si ces «  casseurs cagoulés » n’etaient autre que des malfrats adoubés par cette même police ? ( ça c’est déjà vu!)  Et s’il n’y avait pas une complicité entre eux , voilée par ces fausses interventions?  Ces casseurs étaient là avant que la manif ne démarre. Pourquoi ne pas les avoir arrêtés ? C’etait trop  facile, il n’y aurait pas eu d’incident et donc on n’aurait pas pu disqualifier la manif. C’est simple comme de l’eau de roche.! 

Macaron aurait dû venir au milieu de ce peuple pacifique , qui déambulait pour prouver que les travailleurs : manuels, intellectuels, artistes, scientifiques, techniciens avaient une haute idée de leur travail et le glorifiaient par une journée chômée. Mais il était à l’etranger....

 Alors tout ceci était trop beau,  et «  on » laisse faire la violence par ces voyous, ça arrange la macronie.

 C’est écœurant. C’etait comme si la police était paralysée. J’ai vu un car de police tranquille de l’autre côté où nous étions, sur un autre pont, on y est passé juste à coté.

Du coup les médias bavardent, montent la mayonnaise, et accusent l’ultra- gauche. Moi , j’accuse le gouvernement complice, manœuvrant en sous main, et faisant après coup l’effaré. Les politiques font les outrés. Tous pourris !!

Posté par Marianne-Madelon à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2018

Le Printemps

 Et oui, il pleut, il pleut. Les passages à gué sont fermés. Le ciel « s’´escampille », je ne sais comment ça s’ecrit, mais j’ai dans l’oreille ta voix en train de dire ce catalan si imagé, combien il pleut. Larmes bien sûr. Passons....

 Et puis, malgré les averses, le Printemps est là. Les poiriers sont en fleur, et oh merveille! Aux pieds des 2 poiriers je viens de découvrir une éclosion de coccinelles. Les hirondelles arrivent par petits groupes. Ça y est, elles sillonnent le ciel bien griis . Au Pla, G. fait enlever tous les abricotiers. Trop vieux. Alors j’en ai planté un au jardin, un « rouge du Roussillon » bien sûr, et j’ai mis dans un bac 3 plants de tomates- cerises pour mes petits- enfants. Tu vois, j’essaie de continuer dans la mesure de mes moyens. La pivoine est en fleur. Huit boutons cette année. La vie reprend, laissant au bord de la route les absents. 

Posté par Marianne-Madelon à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2018

Toujours la meme chose

La dette SNCF = 42 milliards d’€.

Florence Parly a reçu 52.569 € par MOIS comme directrice générale chargée de « SNCF Voyageurs » le temps de sa fonction. Elle est actuellement Ministre des Armées. Combien touchent les autres dirigeants de l’Entreprise Publique ?

 Et après on parle de la dette de cette entreprise! Et des avantages des cheminots! Mais on est tombé sur la tête! Elle touchait  45 fois le salaire d’un cheminot.

 Alors ces Cheminots doivent- ils se taire, baisser la tête pour passer sous les fourches caudines? Non, non et non! C’est eux qui font rouler les trains, c’est eux qui ont des horaires de travail difficile, c’est eux qui entretiennent les voies; alors s’ils refusent les nouvelles conditions de travail qui vont les pénaliser, ils ont raison. Ils n’acceptent pas les conditions ruineuses qu’on leur propose, ils luttent, ils ont raison. Ils font la démonstration à la Nation qu’on peut travailler la tête haute sans se faire humilier. Ils ont raison.

 Puisse tous les travailleurs comprendre qu’ils luttent pour eux même, mais aussi pour tous les autres.

 De plus l’endettement de la SNCF a été provoqué par l’État. L’État qui avait mis en branle un programme d’investissement de 5 milliards € annuels pour moderniser le réseau et développer 4 lignes à grande vitesse. Et ce même État qui a au même moment réduit ses subventions. Alors que se passe-t-il il? SNCF- Réseau doit pour maintenir son action recourir à un endettement massif. «  La dette accumulée est devenue tellement importante que SNCF-Réseau est obligée de s’endetter pour REMBOUSER sa DETTE, creée par l’État »!!! ( cabinet Dégest)  C’est le chien qui se mord la queue .

 En attendant ce sont les cheminots et les usagers qui trinquent. Toujours la masse qui subit contre la minorité  qui tient les rênes! 

 Dans un autre ordre d’idée.

 Je viens de lire «  La cinquième femme » d’Henning Mankel.  Je cite un paragraphe que je transpose uniquement au présent, lui l’ayant écrit au passé. 

«  La société s’est durcie. Les gens qui se sentent inutiles ou carrément rejetés dans leur propre pays réagissent par  l’agressivité et le mépris. Il n’existe pas de violence gratuite. Toute violence a un sens pour celui qui l’exerce. Oser accepter cette vérité, c’est le seul moyen, le seul espoir de modifier cette évolution. » C’est ce qui se passe dans l’Europe , en France , par rapport à l’integrisme musulman. Si les jeunes qui font des attentats ne se sentaient pas rejetés, s’ils avaient un travail, ils auraient d’autres choses à penser, d’autres buts; ils auraient d’autres réalités à vivre, et d’autres projets. C’est bien le travail qui fait l’homme digne. Eux, ils n’ont rien ou la drogue. Alors....

 

Posté par Marianne-Madelon à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2018

Garder les yeux clos ?

Impossible.

 Je viens d’entendre à la radio régionale que la direction de la SNCF fermait la ligne Perpignan- Montpellier samedi 7 avril pour cause de travaux. Or il y a grève le 8-9. On peut se poser la question: pourquoi fait-elle les travaux le 7 alors qu’elle aurait pu les faire le 8-9, ce qui aurait moins perturbé. Et comme nous ne sommes pas idiots, la réponse apparaît bien visible.

 Alors ce n’est pas une réponse, mais au moins deux qui apparaissent. La 1ère gêner encore plus les usagers afin de faire porter le chapeau aux grévistes de la SNCF ; la 2ème , les voies sont donc en mauvais état . Pourtant les cheminots depuis des décennies réclament la réfection des voies et du matériel, et la direction les laisse crier sans rien faire, et là, tout d’un coup, « les 5 dernières minutes »: —— Mais oui, les voies sont en mauvais état  ! La SNCF et le gouvernement main dans la main.

 Encore hier à la télé régionale, les cheminots de Cerbère écœurés, alertent le département, la population : sur des voies de garage stagnent depuis des années des wagons Corail, neufs, qui n’ont jamais roulé. Et maintenant il est question de les détruire, de les démanteler. Gâchis, dépenses inconsidérées! 

Qui est voyou dans l’affaire, la direction de la SNCF où les cheminots qui voient détruire leur outil de travail ? 

Cependant les « biens intentionnés » parleront de privilèges des travailleurs du rail!  Bien sûr il faut trouver des prétextes pour faire se dresser les uns ( la population) contre les autres ( les grévistes) afin de brouiller les cartes et de pouvoir, en haut lieu, avoir les mains libres pour tout détruire en paraissant propre.

 Et pourquoi devrait- on enlever à cette catégorie de travailleurs les « avantages » qu’ils ont obtenus après de dures luttes?  Pourquoi ne devrions nous pas revendiquer, au contraire, de permettre à tous ceux qui travaillent d’obtenir les mêmes « avantages » qu’eux? Pourquoi toujours tirer vers le bas, et non regarder et pousser vers le haut afin que le peuple  vive mieux? Car quand même , c’est lui que je sache qui produit la richesse de la France. Ce ne sont pas ces marionnettes du CAC 40, qui ne sauront jamais ce que c’est d’avoir les mains sales et usées. Mais « ils » vous  diront qu’il faut faire des économies, que la SNCF est en déficit. Et vous, vous les croyez. 

Posez vous la question: pourquoi leurs bénéfices augmentent? L’argent ils le prennent bien de quelque  part... Ils le prennent du travail que tout un chacun fournit et qui fait enfler le CAC40. C’est ça qu’il faut qu’on voit, qu’on se rende compte qu’on se fait manipuler, qu’on nous ment et  toujours dans le même sens,, des plus faibles vers le plus puissant.

 Et si on renversait ce paragdime? 

 

Posté par Marianne-Madelon à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]