Marianne-Madelon

11 décembre 2018

Le Camp de Rivesaltes

    Visite du camp par un ciel plombé.

 Baraquements en ruines. Sensation de solitude , de mort. Herbe rase avec quelques buissons d'épineux . Émotion, silence, se taire. S’imprégner du lieu.

 Le musée avec les photos et les commentaires, impressionnant. Dans l’amphithéâtre, un exposé fait par un conferencier- historien fut très intéressant. Il fit un aperçu global de ce que dura le camp avec les différents groupes qui s’y sont succédés. Et contrairement à ce que l’on croit, c’est à dire un camp ouvert au moment de la guerre d’Espagne, pour contenir les réfugiés espagnols lors de la Retirade, le camp fut construit en 1938 pour y « héberger » des troupes coloniales de notre armée, en vue de «  les adapter au climat et aux techniques qu’ils allaient affronter en France. » Mais la déroute de la France devant l’armée allemande a arrêté cette vision. Alors on a comblé avec les Républicains espagnols qui fuyaient le Franquisme, puis avec les étrangers communistes, les juifs et les tziganes, première étape avant Drancy. Et pour finir le camp a servi d’hébergement aux harkis.

  Vision incongrue de ce camp dans une campagne que je connais bien, qui est souriante et hospitalière et qui m’apparait là, soudain, hostile, froide, sèche, rigide, inconnue, inclassable. Je me dis: « c’est pas possible, c’est pas ma région, mon coin de repos. Cet espace est un lieu étranger et pourtant il est à 10 minutes de Perpignan. Est - ce possible ?

 

 Au fil de mes lectures

  «  Le train d’ ERLINGEN » de Boualem Sansal , écrabouilli de thèmes, de pensées, de citations d’écrivains  au travers d’une histoire bizarre, non structurée, qui pour parler des événements des groupes d’islamistes de Daech et Cie , part dans des combinaisons, des idées alambiquées, qui déstructurent ce que me semble-t- il l’auteur voulait exprimer. Pourquoi fait- il compliqué quand il pourrait faire simple. Mystère de l'écrivain. On dirait qu’il a le cerveau et la plume en bouillis. J’ai failli lâcher la lecture plusieurs fois, mais en bon petit soldat je suis allée jusqu’au bout. Résultat : Médiocre .

Posté par Marianne-Madelon à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2018

Samedi 8 Décembre 8h du matin.

   Quelle image de la France donnons nous au monde entier!!!

 Des lycéens, à genoux, face contre le mur, les mains sur la tête, coincés par la police armée jusqu’aux dents. Est-ce l’image d’une Démocratie? 

 Alors, je le dis tout net, c’est l’image d’un pays qui bascule vers la Dictature des riches, la Dictature du Capital.

  Dimitrov : « Le fascisme, la dictature terroriste ouverte des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes du capital financier. »

 Ne dégringolerions nous pas vers cet abîme?

 Aujourd’hui la police, armée jusqu’aux dents, le gouvernement qui incite à la violence,les médias qui aboient  et qui poussent à l’affolement et donc à l’affrontement, et les casseurs, amas de détritus de l’extrême  droite, de gauchistes en tout poil, peut- être de jeunes de banlieues qui n’ont rien à perdre et de barbouzes du pouvoir vont faire de cette journée qui devrait être revendicative et pacifique un détonateur pour la suite des événements. 

 

Posté par Marianne-Madelon à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2018

L’ Avenir est Incertain

    Emmanuel Todd, hier soir, sur une chaîne de TV, laissait entendre qu’au cas où la révolte n’aboutirait pas, et où Macaron continuerait à être autiste, il se pourrait que le mouvement des gilets jaunes ne se termine par un coup d’état. C’est aussi ce que je crains.

   Vu ce qui s’est passé à l’Arc de Triomphe, s’insinue dans ma pensée l’idé que ces « casseurs » sont téléguidés par le pouvoir qui sous des airs indignés et outragés s’offusque de ces débordements, mais qui, en sous main, tire les ficelles de cette révolte inorganisée. Malheureusement on a connu ça dans le passé, sous De Gaulle, avec les barbouzes de Pasqua et les nervis de Foccart. Ils furent les créateurs du triste SAC ( service d’action civique) qui surent faire basculer « Les Évènements de Mai 68 ».

   Le mot « chaos » est à nouveau très réutilisé par les Médias, où à partir de ce mot on insuffle la Peur. Alors, répétez, répétez, il en restera toujours quelque chose. Et il se pourrait que prenant prétexte du «  chaos », les dominants craignant pour leurs fortunes ne reprennent « les choses en main », fassent un Coup d’Etat, et infléchissent leurs pouvoirs vers une dictature de droite. Ça se dessine tellement en « notre chère Europe » actuellement!

  Et puis qui est ce fameux gilet jaune reçu à l’Elysée incognito. Bizarre, bizarre, vous avez dit : Bizarre ?  

Posté par Marianne-Madelon à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Le concret et l’imaginaire

   Le concret : ce que tu ne vois pas.

 La vie des sociétés est un passage concret fait de luttes pour la survie. 

 Ce qui se passe actuellement est un passage concret de luttes pour la survie, pour vivre mieux dans le laps de temps qui nous est imparti, dans ce court  terme qui est la vie d’un individu sur terre. Ce que tu ne vois pas c’est la France en révolte contre les inégalités et la casse qu’institutionalise MACARON. Dans tout le pays des gilets jaunes occupent des points stratégiques, ronds-points, entrées d’autoroutes, bloquent des entrées et des sorties de raffineries, des marchés de gros ; ils essayent de paralyser le pays afin que ce gouvernement aveugle ouvre les yeux. Ils commencent à structurer leurs revendications, mais c’est quand même un mouvement hétéroclite.

 Comment d’une révolte en arrive-t-on à une révolution? Il faut qu’ils coordonnent leurs propositions, qu’ils les formulent en cahiers de doléances . Mais tant que ce mouvement tirera dans tous les sens, il obtiendra peut-être certaines revendications que le gouvernement lâchera pour apaiser la colère et qu’il récupérera après, lorsque les esprits se seront calmés. Ou alors, la révolte se transforme en révolution si Macaron ne lache rien, mais alors il faudra organiser des assemblées structurées avec votes de représentants qui parleront au nom de ceux qui les ont choisis, qui réclameront un changement de la Constitution, et qui élaboreront des lois inspirées par le peuple, et en sa faveur. Est -ce possible? Ce rêve pourrait - il devenir réalité? Pourquoi pas...

L’Imaginaire: ta présence à mes côtés

 Mais que tu me manques! Pleurs, pleurs... Je rôde dans la maison. J’essaie de m’occuper, mais c’est du bleuf. À quoi m’accrocher? Je te vois partout. Les décorations de Noël vont bon train. Je ne peux me souvenir à nos préparatifs avec guirlandes, boules, biches et rennnes qui éclairaient l'entrée du jardin, en espérant émerveiller nos petits enfants, sans te voir bricoler, juché sur l'échelle, installant l’éclairage  et les décorations que nous préparions avant les vacances de fin d’année .

 Et maintenant? Je vais en mettre quelques unes mais je ne pourrai faire comme toi. Mais pourquoi, n’importe quel incident, mouvement, action me font ressentir ton absence? Pourquoi étais tu tellement touche à tout! Pourquoi avais tu une telle envie de faire et de découvrir? Pourquoi ta pensée me suit partout...oui, c'était ce qui me plaisait, qui m’éblouissait en toi, et maintenant je me retrouve avec un vide sidéral, impossible à combler.

 J’ai trouvé , je ne sais plus où, une phrase très belle : « Aimer malgré la mort qui nous sépare ». C’est ça.

Posté par Marianne-Madelon à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Exposition Le CARAVAGE , plus, plus....

Je pars tôt, en métro, pour avoir le temps de manger un bout. Heure de la visite programmée : 13 h. Le musée Jacquemart André est une belle bâtisse située boulevard Haussmann. Est prévu un salon- café-resto très XIXème avec tapisseries XVIII siècle aux murs et grands rideaux cramoisis aux fenêtres. Je mange une salade vietnamienne et je prends un café. Dans ce salon, 3\4 de personnes âgées, une majorité de femmes, toutes très bon chic bon genre. Pas de gilets jaunes ici. La culture pour  le Peuple, impossible. Billet d’entrée , plus salade, plus café : 38€. Mais vue l’affluence, il y a encore une bourgeoisie moyenne qui peut se payer ça.

 L’expo en elle-même, magnifique. Mais comme il y a peu de toiles du CARAVAGE, l’expo porte sur une comparaison, une mise en scène de contemporains du Caravage, inspirés par sa peinture et ses thèmes. L’on peut voir la palette inspirée de ce peintre qui joue avec les clairs- obscurs, avec les éclairages et qui fait montre d’un réalisme remarquable. Ses contemporains s’inspirent de lui, mais ne l’atteignent pas me semble-t-il. « Judith et Holofernes » est un chef- d’ouevre de mise en lumière, de réalisme dans les visages, les corps et la gestuelle. J’ai été impressionnée par « Marie-Madeleine » qui se pâme. Elle est en extase. On dirait une femme contemporaine qui a pris un shoot de trop. Le thème est religieux, la façon de le traiter est complètement profane. C’est beau.

 Malheureusement il y a peu d’oeuvres exposées car ce peintre semble avoir été un peu bagarreur, a du fuir deRome, est parti à Malte, a fait un séjour en Sicile, et en voulant revenir à Rome est mort en chemin à 38 ans! C’est une courte vie, mais combien belles sont ses toiles! 

       Dans un autre ordre d’idée, Macaron a dépensé 500.00€ pour changer la vaisselle de l’Elysée, maintenant il veut engager 500.000€ de plus  pour refaire la salle des fêtes. Grand seigneur et grand train, mais gare ! C’est comme ça que le Tiers État refusant de payer seul la Dîme , la Taille et la Gabelle, est allé chercher Louis XVI à Versailles, l’a ramené à Paris, et a fini par le trucider après qu’il ait trahi en voulant s’enfuir . Notre Macaron devrait connaître notre histoire de France, mais apparemment  borné il est et borné il reste. Notre Tiers-Etat moderne tiendra -t- il jusqu’au bout?

Posté par Marianne-Madelon à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2018

Les Gilets Jaunes

Les « gilets jaunes » ou une autre jacquerie de plus? La France d’en bas qui en a ras le bol, mais qui,  inorganisée va faire plouf? Je pense à certains intellos qui revendiquent justement un mouvement de ce genre, inorganisé, qui va bien dans le concept idéaliste de leur pensée. Pour faire quoi? Comme Nuit Debout? Et après? On dira ce qu'on voudra, sans un soutien et une présence d’une organisation structurée, derrière, ayant des règles et une pensée avançée et concrète, toute manifestation  de ce genre risque d’être un  feu de paille. Ou alors, et on peut se poser la question: Comment va évoluer la situation? 

N’empêch, c’est la première fois qu’un ras le bol s’exprime de cette façon. À suivre..... 

Posté par Marianne-Madelon à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2018

J’ai, j’ai, j’ai

   J’ai le moral «  au fond des chaussettes ». Lorsque j’ai écrit «  Fin de l’Ère quaternaire » , je ne pensais pas tomber, en pianotant sur le Web, sur la confirmation de mon intuition.

 Malheureusement je viens d’entendre Bernard Stiegler, philosophe, à une émission du Média, interviewé par Aude  Lancelin, démontrer comment notre société va à sa perte, comment nous sommes dans la phase de l’anthropocène et que si nous ne réagissons pas de suite, nous allons à notre perte. En effet il est prévu l’augmentation de 5° sur notre terre ce qui va correspondre à une montée des océans de 100 mètres... Adieu Perpignan! 

 Il vient d’écrire un livre « Qu’appelle-t- on PANSER? Éviter l’Apocalypse. » où il explique que «  nous avons une carence intellectuelle » ( nous, les chercheurs, les industriels, les penseurs, les actifs, les retraités, à ne pas remettre en cause tout notre système de pensée, et de production) ce qui va nous mener à notre perte. Il pense qu’on a encore quelques années pour rectifier le tir en s’appuyant sur la Raison : « la fonction de la raison, c’est d’organiser la bifurcation. » Oui, et comme il dit: bifurcation ; seulement il ne va pas jusqu’au bout de son raisonnement, car si on veut vraiment changer la planète en bifurquant, il lui faut faire « un saut qualitatif » de prise de conscience pour pouvoir changer ce cours, et ce, au niveau mondial, et non à sa petite sphère, qui est bien sûr , positive, mais qui est un microbe sur le plan mondial. Il est le fondateur du groupe «Ars Industrialis » et travaille avec des grands groupes comme Orange.

 Il ne voit pas, ou ne veut pas voir, que tant qu’il aura besoin de grands groupes pour vivre, il sera ligoté, car les grands groupes, leur seule raison d’existense, c’est faire fructifier l’argent, et faire des bénéfices.

 Alors pour mettre une couche supplémentaire, je viens d'écouter aussi « , l’Anthropocène , une nouvelle ère géologique » un discours entre 2 penseurs, un professeur de sociologie et d’anthropologie, et l’autre un glaciologue. Et bien, je suis glacée! 

  Ils  veulent croire que « cette anthropocène est peut être le passage vers un autre monde. »  Mais comme disait le glaciologue, c’est très rapidement qu’il faut passer vers cet autre monde, sinon il sera trop tard.

 Toi, Tu ne le sais pas, Tu ne le verras pas; s’il pouvait en être pareil pour moi!

                       J’ai, j’ai, j’ai de l’Or dans le jardin. Pour quelques jours.... Le ginko- biloba porte ses écus d’or comme un trophée, le marronnier lui,s’est déplumé, le houx s’enorgueillit de ses boules rouges, les pommiers résistent avec leurs feuilles encore un peu vertes, la treille m’use à force de ramasser ses feuilles et les grains de raisins qui  « s’esclaffent » sur le sol me fatiguent. Mais bientôt tout sera en repos. Je passerai moins de temps dans le jardin. 

Mais combien de temps la génération de mes petits enfants pourra-t-elle passer dans le jardin?

Posté par Marianne-Madelon à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2018

La guerre de 14-18 et nous.

      Le petit Macaron fête l’Armistice de 14-18. Il sait parfaitement que cette guerre a fait 18 millions de morts, après ses pérégrinations sur les tristes lieux du massacre.

 Et qu’entends -Je à la télé? Qu ´il faudrait créer une armée européenne. Comme désir de vouloir la Paix, merci! 

 Pourtant son discours à l’Arc de Triomphe au milieu de l’aéropage des chefs d’état était semble-t-il un discours de paix. Alors comment peut-on vouloir la paix et déclarer construire une armée européenne? Il y a l’OTAN qui plane sur l’Europe, si je ne m’abuse, et qui pose ses missiles en Ukraine, proche de la frontière russe...pourquoi faudrait-il en rajouter encore? Alors, y a -t-il du « va-t- en guerre » chez cet individu? Ce n’est pas impossible quand on se prend pour Jupiter.

 En effet, n’a-t- il pas glorifié les généraux de cette 1ère guerre mondiale, au point de soulever une polémique à propos de Pétain? Ces généraux qui ont fait cette guerre, eux planqués à l’arrière pendant que les troufions allaient sous le Feu. Ces généraux qui n’ont pas hésité à faire passer sous le peloton d’exécution les soldats qui ne voulaient plus aller se faire « descendre » sur les lignes adverses, ou qui essayaient de pactiser avec leurs homologues d’en face, se rendant compte que les uns et les autres étaient embarqués dans un conflit qui n’etait pas le leur. Ils revendiquaient la Paix, ils ont été exécutés.

      Je me souviens de ce que Tu me racontais au sujet de ton parrain de naissance.( pas Pépé Gaston, ton parrain d’amour).  Il a fait cette guerre, et pour haut fait d’arme, il a été décoré de la «  croix de guerre ». Rentré chez lui, il pend la décoration au cou de son chien. Scandale, on lui retire sa croix et il fait de la prison. Tout ça parce que son geste, allégorie de ce qu’il venait de vivre, allait contre la bien- pensance ambiante de l’époque   .    

       Et encore des souvenirs....

 Je me souviens du voyage  que nous avait fait faire mon père, pendant les vacances d’été, où il nous faisait faire de l’histoire , l’air de rien, à mon frère et à moi. Nous découvrions la Lorraine et sommes passés à Verdun, au Chemin des Dames, au Fort de Douaumont. Et là j’ai pris conscience du carnage qui avait eu lieu. À la suite de ça, j’ai eu entre les mains «  le Feu » d’Henri Barbusse qui a fini et de me montrer l’horreur de la guerre et de me permettre de me pencher sur le pourquoi des guerres et les intérêts  des puissants à les provoquer.

   Et nous avions projeté de faire la même chose avec nos petits- fils. Je voulais leur montrer une partie de la France, comme nous avions l’habitude de faire, comme mon père avait fait pour moi, sachant que leurs parents leurs faisaient découvrir tout un tas de pays et régions du globe, mais rien de notre territoire. Mais il a fallu que C. dise, «  je préférerai voir Madrid » pour que nous nous rangions à ses désirs, et que au retour de ce fichu voyage, Tu découvres ce qui allait être la maladie fatidique qui t’as emporté!  Et cette page là est close à jamais.

                Bref, tout ça, pour dire, pour faire en sorte, que la Paix soit le bien le plus précieux pour l’Humanité.

Posté par Marianne-Madelon à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2018

Au fil de mes pensées

  Le brouillard monte doucement de la vallée. Il fait doux. Les arbres se teintent de jaune et roux. Le Canigou est bien blanc. Calme à Sirach. Le rêve pour les retraités. Village « cul de sac », d’où promenades à pied sans risque et d’autant plus aisées  que nombre de chemins sont presque plats. Dans la maison l’odeur des cèpes en train de sécher embaume l’air. Je suis allée, rituel d’autres temps, avec Joseph et Fafou à la cueillette des champignons. On en a trouvé quelques uns. Il n’y a pas encore si longtemps ( 3-4 ans) , je me souviens de notre tournée- champignons, où au dessus de Tarrerach nous avions trouvé des cèpes à ne plus ne savoir qu’en faire, nous étions tous les trois: Joseph, toi et moi....nous avions fait une photo souvenir. Tu ne goûtes plus à ces joies simples, et moi, comme un remords, je n’ai que la souvenance de ces instants.

 

        J’ai regardé hier soir un téléfilm : Victor Hugo ennemi d’état . Où on le voit glisser de royaliste( il était pair de France) vers une extrême gauche après avoir été déçu par Louis Napoléon Bonaparte.

 L’un, après la révolution de 1848  qui voit le peuple de Paris massacré  sur les barricades, se tourne vers la cause du peuple et la révolution , et l’autre, St Simonien qui avait écrit «  De l´instinction du paupérisme » qui semblait avoir une approche de sensibilité de gauche, sur la misère et la pauvreté et qui va se révéler être le fossoyeur de la République après son coup d’état

Et j’en reviens toujours à la Terreur.

 Je lis le livre « l’Églantine et le Muguet »  de Danièle Sallenave. Et au chapitre 42 : « la Marianne » elle raconte la « grande affaire de Trélazé »( son village dans l’Anjou) . Elle parle de Napoléon III et de son livre et elle note sa pensée, « il ne s’agit pas de mettre la classe ouvrière au pouvoir, mais de donner à la classe ouvrière un avenir et de la relever à ses propres yeux , ( pensée de Napoléon III) grâce à un ensemble de lois qui encadrent autoritairement la classe ouvrière tout en mettant en place des élections professionnelles et des mutuelles, « l’empereur parvient à circonscrire l’agitation ouvrière »..

  Or à Trélazé, l’agitation ouvrière va se réveiller. Les ouvriers, les Ardoisiers, les Perreyeux ont des conditions de travail de plus en plus difficiles: «  le travail de l’ardoise est dur et dangereux...la machine à vapeur permet des puits de plus en plus profonds, de plus en plus risqués ... d’où la présence à Trélazé de la Marianne, une société secrète issue de la Jeune Montagne Parisienne ». C’est une association républicaine née après Le coups d’état de Louis Napoléon. Il va y avoir la révolte de 1855. «  les ardoisiers continuent de mener une vie extraimement précaire, menacés par les chutes et par la schistose. Leur vie c’etait du Zola... le 26 Août, des centaines d’ouvriers se révoltent, pillent la gendarmerie pour s’emparer des armes. La république démocratique et sociale est proclamée...émeute de plus de 600 ouvriers partie de Trélazé pour marcher sur Angers....ils pénètrent dans Angers en chantant La Marseillaise, ils progressent jusqu’ à la rue Hanneloup... la colonne est arrêtée par les gendarmes qui se trouvaient en embuscade dans la rue Bressigny.... 138 hommes sont arrêtés, jugés, et condamnés...ce n’est pas encore la Commune , mais un vent de terreur a soufflé sur la bonne société.  »

Et revoilà la Terreur.   Résultats :  La Constitution de 1848 a aboli la peine de mort en matière politique , ils seront donc déportés ou emprisonnés : bagne de Cayenne, en Algérie ,ou emprisonnés au Mont St Michel à Belle- Île en Mer. 

La Terreur pour qui ?

Posté par Marianne-Madelon à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2018

Fin de l’Ère quaternaire ?

 

   Vais- Je jouer les « Mme Soleil » ? 

En fait j’aimerai bien, elle qui prédisait tout et n’importe quoi. Mais je crains que ma prédiction ne devienne réalité. 

Le Quaternaire sera-t- elle l'ère la plus courte de l’histoire de la terre? J’ai l’impression qu’on en prend le chemin.

 Changement climatique certain: montée des eaux des océans, sécheresse accrue de certaines zones du globe, déchaînement du climat, tsunamis,thyphons, cyclones, diminution de la biodiversité, pollution sur terre et sur les océans...et les humains qui se conduisent comme des apprentis sorciers: tension accrue entre les puissances : USA et Chine, USA et Russie, USA et Mexique ( avec les migrants d’ Amérique Centrale) , USA + Brésil et Vénézuéla - Bolivie, OTAN- Ukraine et Russie, USA + Arabie Saoudite , et là ce n’est plus une tension mais un génocide, avec la guerre au Yémen....

 Le monde est fou, fou, fou dit la chanson... Peut- être que dans un ou deux siècles on n’aura plus besoin  de le chanter!  Pourtant en repensant à Ferrat, que la Terre est belle! Et comment le gros cerveau pensant de l’Homme peut- il en arriver là!

 La Terre est surpeuplée, elle ne peut plus nous donner ce dont on a besoin , les scientifiques disent qu’on a épuisé en 7 mois ce que la Terre peut nous donner en un an. C’est sûr on va à notre perte.

 Les intérêts de ceux qui possèdent beaucoup et qui veulent toujours posséder plus vont à contre courant de ce qu’il faudrait faire et ils précipitent le cours des choses vers l’abîme . Le capitalisme sera-t- il la dernière étape de l’Humanité? Je ne le verrai pas mais on y va à grands pas. Et je pense à mes petits- enfants et j’angoisse.

 Sinon le calme est revenu dans la maison. Malheureusement. Tout le monde est reparti. Fafou et Yves m’ont permis de moins sentir la césure. La maison est grande où j’erre bêtement. Il me reste encore à ranger les livres que j’ai ramené de la mer, dans la bibliothèque et où les garçons viendront les placer sur les rayonnages car je ne me sens pas de monter sur l'échelle. 

Ma fin de vie est stupide. J’avais tellement rêvé que nous arriverions ensemble vers 84-85 ans! Tu étais tellement en forme! Comment imaginer qu’en 9 mois....

 Ma tristesse est là avec en plus la sensation de cette « prédiction »!!

Posté par Marianne-Madelon à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]